Les journalistes, nouveaux aventuriers du web

Explicite, Brut. : de nouvelles formes de journalisme émergent depuis quelques semaines. Cette alternative aux grands groupes de presse dirigés par des industriels séduisent par leur gratuité et leur proximité avec les lecteurs.

Quand Vincent Bolloré décide de maintenir l’émission de Jean-Marc Morandini alors que celle-ci fait scandale et est à la source d’une grève historique de 31 jours à I-Télé, les journalistes de la 16e chaîne décident de quitter leur poste pour créer leur propre média. Mais celui-ci, loin des chaînes traditionnelles, a pour particularité de se déployer uniquement sur les réseaux sociaux. Twitter, Facebook ou encore Youtube : si les journalistes n’ont ni ondes, ni canaux, ils envahissent le web à coup de live-tweet, infographies et autres pastilles vidéos. Pour Sonia Chironi, journaliste associée interviewée sur France Inter, la priorité d’Explicite est le contenu : « Les formats, on va les imaginer. Le plateau, principalement, ce sera le terrain. »

Etre sur le terrain, donc plus proche des Français, c’est également le but de cette nouvelle génération de journalistes. Un objectif qu’il est plus simple d’atteindre sur les réseaux sociaux : les internautes ont en effet directement accès aux contenus et peuvent communiquer avec les journalistes en direct. Ainsi, fini de ronchonner seul devant sa télévision quand le journaliste ne pose pas la question qui vous turlupine. Sur Explicite, les journalistes et spécialistes répondent en « live » aux questions des internautes, qui sont de plus en plus nombreux. Les vidéos récoltent en moyenne 7.000 vues – un reportage en direct sur les manifestations anti-Trump aux Etats-Unis a même atteint les 24.000 vues.

Ce score n’est pas si étonnant que cela. Cet été déjà, Le Monde relayait une étude de l’Institut Reuters qui indiquait que 51% des internautes s’informaient via les réseaux sociaux. Brut. en est un autre exemple. Lancé à la mi-novembre 2016 sur les réseaux sociaux, ce nouveau média permet un traitement de l’information beaucoup plus léger que sur les supports traditionnels. Sur le compte twitter de Brut. — qui compte aujourd’hui 12.000 abonnés — on peut découvrir des GIFs montrant le député européen britannique Seb Dance brandissant un panneau « Il vous ment » pendant le discours de Nigel Farage qui défend Donald Trump au Parlement européen ou encore des interviews d’hommes politiques filmés directement sur Snapchat.

 

Mais si Brut. connait un tel succès aujourd’hui c’est grâce à une vidéo dans laquelle le candidat François Hollande de 2011 répond au président de 2016. Un montage bourré d’ironie qui affiche aujourd’hui plus de 4.800 vues. En Bref, Brut. est un mélange parfait entre humour, pop culture et informations de qualité. Une sorte de « Petit Journal » moins rouillé et plus proche de ses lecteurs.

Sur Internet, où l’offre oscille souvent entre des médias traditionnels qui cherchent avant tout à séduire et des sites à la véracité douteuse, ces nouveaux médias peuvent reconnecter les lecteurs et la presse. Mais encore faudra-t-il trouver une solution durable et fiable au financement de ce journalisme nouvelle génération.

Camille Bardin

Écrit par iejpedago