Les Français peu soucieux de l’environnement

Paris a connu ces 10 et 11 décembre le plus gros pic de pollution hivernal depuis 10 ans. Mais cette mauvaise qualité de l’air et des nuages de pollution ne semblent pas inquiéter la majeure partie des Français, trop attachés à leurs mauvaises habitudes.

« Ce n’est pas la circulation alternée qui va m’empêcher de prendre le volant pour aller au boulot aujourd’hui ». Voilà le discours de Maxime, automobiliste. Il résume bien l’indifférence d’une grande partie des Français concernant la pollution et la préservation de l’environnement. Le CO2 est pourtant émis par la combustion d’énergie. Chauffage, industrie, transports…Toutes ses activités énergivores émettent du CO2 et contribuent à plus de 66 % d’émissions de gaz à effet de serre des activités humaines, selon une enquête de « E-RSE » dédiée à l’environnement.

Les questions écologiques semblent aujourd’hui l’un des derniers problèmes de la société française. Selon le site « green et vert » dédié au développement durable, un quart de nos citoyens ne s’intéresse pas aux problèmes liés à l’environnement. Pas étonnant que la France soit 13ème dans le classement des pays les plus ‘écolos’, loin derrière la Suède, modèle de respect de la nature. Un classement établi par le cabinet d’analyse américain Dual Citizen LLC.

Voiture, industrie, agriculture, la France et particulièrement les grandes villes comme Paris sont aujourd’hui envahise par tous types de polluants. Dans le domaine automobile, le diesel se fait une place de choix dans les plus gros pollueurs et les Français en raffolent. Avec un prix nettement inférieur à celui de l’essence classique, la France est devenu le royaume du Diesel et donc du rejet de CO2. Le comble a été le bonus-malus  ‘écologique’ qui a clairement encouragé à acheter des véhicules diesel.

D’après les chiffres publiés par le ministère de l’Agriculture, la France est le plus gros producteur agricole en Europe, loin devant l’Allemagne. Un rendement impressionnant réalisé grâce aux méthodes peu écolos des agriculteurs français. Pollution ou rendement agricole, le choix est vite fait pour Alain, agriculteur dans les Yvelines: « On est au courant que les pesticides, les insecticides et l’engrais ne sont pas bons pour l’environnement mais on a pas le choix. Si on veut avoir plusieurs belles récoltes dans l’année, il faut utiliser tout ça sinon tu as moins de rendements et si c’est le cas, tu ne gagnes plus rien. »

Par choix ou par indifférence, les Français ne se soucient donc pas tellement de l’environnement. L’air extérieur est parfois même plus pur que celui présent dans les foyers. Amateurs d’encens, de sprays assainissants ou encore d’aérosols pour le ménage, la population française pollue l’air partout, tout le temps.

Les particules fines présentent en masse dans les lieux les plus pollués de France représentent aujourd’hui un réel danger. Elles pénètrent les voies respiratoires, mais aussi le sang. Elles peuvent ainsi générer de l’asthme, des allergies, des maladies respiratoires ou cardio-vasculaires ainsi que des cancers. Selon France Info, il y aurait 35 % de consultations chez les médecins ou à l’hôpital en plus par rapport à l’année dernière à la même époque. La pollution serait aujourd’hui responsable de 48.000 morts prématurées par an selon une enquête réalisé par Le Monde. Dans les grandes villes, cette mauvaise qualité de l’air nous ferait perdre environ six mois d’espérance de vie.

Les remèdes à cette pollution semblent aujourd’hui utopiques. Pourtant, certains Français se mobilisent. Circulation alternée à Paris, purificateur d’air ou meilleur choix des combustibles utilisés pour l’industrie, des solutions existent.

Si couper l’eau lorsque l’on se lave les dents ou éteindre la lumière en sortant d’une pièce semblent des principes de bases pour changer les choses, des entreprises prennent de réelles initiatives. « Carbone Recycling International » travaille par ailleurs sur le changement du CO2 émis par des usines ou des volcans pour le transformer en méthanol (combustible plus respectueux de l’environnement). Des inventions qui pourraient, à terme, purifier l’air ou au moins limiter les dégâts des polluants.

 

Nicolas Sallé

Écrit par iejpedago