15 % des Français rencontrent des difficultés à se loger, selon la Fondation Abbé Pierre. Si en 2014 plus de 11 600 ménages ont été expulsés de chez eux, on en attend plus cette année avec la trêve hivernale.

Quand on parle du prix du logement, on parle soit du prix du mètre carré dans le cadre d’un achat soit du montant du loyer dans le cadre d’une location.En France, le prix du logement a augmenté depuis 1997 et ne diminue que très légèrement depuis fin 2011, que se soit en Ile de France ou en régions.

A lire aussi : La crise du logement en 5 chiffres

Cette augmentation a été plus forte pour le prix du mètre carré que pour les loyers qui sont encadrés par les lois. De plus, cette inflation a été particulièrement forte dans les centres ville où l’on peut bénéficier de services tels que les transports et les commerces. Mais pourquoi les prix ont-ils autant augmenté ? C’est tout simplement parce que la demande de logement est plus forte que l’offre. En effet de plus en plus de ménages souhaitent acheter car les crédits immobiliers présentent des taux d’intérêt bas et des délais de remboursement relativement longs, parfois même jusqu’à 30 ans.

On pourrait s’attendre à ce que ces prix élevés freinent la demande, pourtant on constate qu’elle se maintient. En effet certains préfèrent acheter rapidement car ils anticipent sur le fait que les prix vont rester à ce niveau ou augmenter à nouveau. Ces achats spéculatifs maintiennent le prix du logement élevé ce qui amène certains spécialistes à parler de bulle. Cependant on ne peut confirmer l’existence d’une bulle que si elle éclate. C’est à dire, si les prix chutent brutalement. Les spécialistes ne sont pas tous d’accord. Entre augmentation, effondrement, ou stagnation, l’avis général est loin d’être unanime.

 Yasser Salfiti

Écrit par yasser salfiti