A la veille de la Saint Valentin, c’est une triste nouvelle pour les romantiques et les partisans de la vieille école. Les Français se marient de moins en moins. Selon l’Insee, 241 000 mariages se sont célébrés dans l’Hexagone, dont 231 000 entre personne de sexe différent. Ce chiffre n’a jamais été aussi bas depuis l’après guerre. C’est 6% de moins que l’année précédente et il ne fait que diminuer. 

On ne s’aime pas moins, on est juste plus indépendant. La société évolue, les mentalités aussi. On voit l’engagement ailleurs que dans l’union devant dieu, la bague au doigt et la promesse d’une fidélité éternelle. Faire des enfants en fait partie, puisque pour la plupart des couples, on peut dorénavant procréer sans redouter le blasphème et l’aller simple pour l’enfer. Le seul risque serait les brefs râlements d’une grand-mère conservatrice. Le pacs aussi, qui contrairement à la croyance populaire qui le destine aux couples homosexuels, est conclu dans environ 95% des cas entre partenaires de sexes différents. Il est souvent, et de plus en plus privilégié, car il bénéficie des avantages du mariage sans les contraintes qui l’accompagnent. L’émancipation constante des femmes est un autre facteur. A 20 ans une jeune femme privilégie souvent une carrière et des études plutôt que de se dépêcher de prendre le nom de famille de concubin.

 

Candice Bergeron

Écrit par Loïc Gugenheim