L’affaire SwissLeaks et les « femmes au foyer » 

Hier, Le Monde a révélé l’affaire SwissLeaks. Dans les listings l’intitulé « femme au foyer » apparaît comme la catégorie la plus représentée.

 

Dimanche 8 février à 22 heures les résultats de l’investigation on été révélés par des centaines de journaux à travers le monde. Ce sont 154 journalistes qui ont travaillé sur les listings obtenu par le journal Le Monde.. Outre les méthodes de la banque et les personnalités impliquées, il ressort de l’enquête que la catégorie  » femmes aux foyers  » concerne plus de 7 300 clients.

 

L’ICIJ ( International Consortium of Investigate Journalists) a déclaré:  » femme au foyer apparaît à une fréquence incroyable, bien plus souvent que des professions plus logiquement rentables comme docteurs, avocats ou diamantaires ».

 

Si une partie de ce chiffre compte de vraies femmes au foyer, il offre aussi une discrétion à certaines personnes préférant donner peu d’informations. Ainsi, Mary Wells Lawrence, fondatrice d’une entreprise de publicité et créatrice du slogan «  I love New-York « , en fait partie. Lolowah al-Faisal al-Saud, princesse saoudienne, est de même loin d’être une femme au foyer. Elle occupe le poste de vice-présidente du conseil d’administration de l’université d’Effat, la première université privée pour les femmes en Arabie saoudite. A ses côtés, d’autres femmes d‘affaires comme Khunying Patcharee Wongpaitoon et Arlette Ricci.

 

 

Clémence Forsans 

 

Écrit par sephoclem