Les confidences chocs de Michel Platini

Malgré une suspension de quatre-vingt-dix jours par la commission d’éthique de la Fédération International de football (FIFA), Michel Platini, actuel président de l’UEFA (Instance européenne de football) a accordé à Raphaëlle Bacqué, grand reporter au Monde une interview exclusive dans sa résidence suisse proche du Lac Léman.

Tandis que le scandale concernant la Fifa perdure, c’est autour de Michel Platini d’être éclaboussé dans cette affaire. Les enquêteurs ont mis en lumière la promesse d’un versement litigieux. Deux millions de francs suisses. C’est la somme que Joseph Blatter aurait versé à Michel Platini en 2011. Ce dossier vient mettre en péril et fragilise la candidature de Platini à la présidence des instances mondiales du football.

L’ancien international français n’a pas perdu une seconde pour répondre à ses détracteurs. Pour le coup, il n’y va pas de main morte et juge : « honteux d’être traîné dans la boue. J’espère seulement que l’on ne va pas m’empêcher de me présenter. Ça les énerve que ce soit un footballeur et pas un pur politique qui veuille diriger. Mais je n’aime pas perdre. Surtout pour une affaire qui n’en est pas une. »

A lire également : Fifagate, la défense, un nouveau poste pour Michel Platini. 

En ce qui concerne ce paiement douteux, Michel Platini raconte que c’est en 1998, alors que son ami Joseph Blatter se présentait à la présidence de la FIFA, que ce dernier lui a demandé d’être son conseiller pour le football, détaillant sa conversation d’alors avec Blatter : « Combien du tu veux ? » demande Blatter. Je réponds « 1million. » … Il répond « d’accord, 1 million de francs suisses par an ». »

C’est en 2011 que Platini réclame le paiement mais admet également ne pas avoir de contrat écrit. Ces présidents sont aujourd’hui en froid. Pourtant rien n’accuse Blatter d’avoir laissé filtrer cette information, alors que ce dernier est sur le point de quitter un poste qu’il détient depuis 17 ans. De plus Platini affirme ne pas regretter le soutient apporté à son compère à la candidature qatarie pour la coupe du monde. Tout de fois, ces deux hommes seront probablement adversaires lors de la prochaine élection à la présidence de la FIFA en février 2016.

Emerson Martins

Lire aussi : Michel Platini rejette « les allégations » qui lui sont reprochées.

Écrit par emerson martins