Les cinq révélations du rap français de l’année 2017

Les rappeurs nouvelle génération ont explosé les ventes cette année, avec des styles diversifiés : électro, trap ou encore musique africaine… Alors que Damso, Lacrim et Booba ont déjà vendu plus de 800.000 albums en physique ou streaming, et que PNL a rempli tous les Zénith avec le PNL Tour, 2017 a a aussi été l’année de révélations. En voici cinq. 

Les révélations de 2016 étaient presque inconnues onze mois plus tôt : PNL, Niska, Damso ou encore Fianso. Dans ce contexte de consommation rapide de la musique, les carrières deviennent éphémères, les rappeurs nous avaient pourtant prévenu (« le temps, c’est de l’argent » punchliné à toutes les sauces). Le rap français, depuis quelques années, bat tous les records et s’inscrit comme la « nouvelle variété française ». « 2017 a été une année d’or pour le rap francophone », certifie Mouss Parash directeur artistique chez Warner Music. « Au sein de Warner Music France les plus gros succès sont rap: Soprano est en tête des ventes chez nous et de très très loin. On a vu au niveau des ventes un vrai engouement autour du rap francophone. Maintenant, on a du rap pour tout le monde, de la trap avec Niska et MHD, du kick avec fianso, kalash criminel ou du rap conscient avec le retour de Médine et Kerry James », poursuit-il. 

Mouss Parash

« La différence de cette année par rapport à l’année dernière, c’est qu’avec un public grandissant, les rappeurs n’hésitent plus à travailler ensemble et offrir des hits, comme avec les featuring entre Kalash et Damso , Sadek et Ninho, et bien sur le Grand Paris où l’on a réuni l’ancienne génération et la nouvelle vague du rap français », insiste Mouss Parash. Il évoque aussi la claque musicale que lui a infligée Damso. « Il a fait son trou avec un album qui est pour moi le meilleur album francophone des 5 derniers années », dit-il.

Difficile de savoir de quoi demain sera fait, même à court terme. Par amour du risque, ou parce que cet article sera soumis à la même amnésie que nos rappeurs, nous avons repéré cinq artistes qui ont marqué l’année 2017 et qu’il faudra suivre en 2018.

Ninho – « LA révélation 2017 » 

Après I.S.P.A.C et M.I.L.S, Ninho a confirmé les attentes avec son premier album « Comme Prévu » (double disque de platine). Le rappeur du 91 s’est déjà imposé comme une référence du rap game. Il s’est révélé au grand public avec son tube Mamacita (plus de 60 millions de vues) ou avec son feat réussi avec Nekfeu (« De l’autre côté »). L’année 2018 sera celle de la confirmation pour Ninho qui devrait rapidement sortir un nouveau projet qui vaudra le coup d’oeil. 

Lire aussi >> Ninho : le renouveau du rap français

Hornet La Frappe – « La Frappe du 93 »

Le rappeur d’Epinay-sur-Seine a marqué cette année 2017 de son empreinte. Avec son premier projet intitulé « Nous-Mêmes » (disque d’or), Hornet La Frappe s’est installé comme un des artistes du futur du rap français. Outre son premier projet réussi, c’est également sur les ondes de Planet Rap que le rappeur du 93 a impressionné. Un prochain opus est en préparation et devrait intervenir courant 2018.

Rémy – « Le nouveau Eminem »

Le protégé de Mac Tyer s’installe peu à peu dans le rap game. Toujours pas d’album mais des titres déjà bien remarqués comme « J’ai Vu ». Mais c’est surtout avec son freestyle « Reminem » que le rappeur d’Aubervilliers s’est fait connaitre par le grand public.

Lire aussi >> Rémy : Le petit nouveau de Def Jam à suivre

Soolking – « DZ Power « 

Le rappeur qui représente aussi bien Alger que le 92 marie à merveille les différentes langues que sont le français, l’arabe et l’anglais. Arrivé dans le paysage du rap game cette année, Soolking n’a pas finit de faire parler de lui. Le rappeur franco-algérien, membre du groupe Africa Jungle, devrait arriver fort en 2018 avec un premier projet solo.

Hamza – « Le futur Damso »

Le jeune belge fais partie de la nouvelle scène du rap francophone qui ne cesse de fleurir grâce à de nouveaux ambassadeurs, aux styles, aux flows, aux influences diverses ; parmi eux, le juvénile Hamza. On pourrait croire que ce jeune rappeur de 22 ans est originaire d’Atlanta, mais non, c’est bel et bien de Bruxelles qu’il a lâché ses punchlines pour « 1994″, un deuxième album presque exclusivement composé de tubes. Il suit les traces Damso et de la nouvelle vague belge.

Khemais BEN ISMAIL

Écrit par IEJ3A

Laisser un commentaire