Le Swatting, lorsque le canular est à la mode

Lil Wayne, Justin Bieber, Enora Malagré ont tous les trois un point commun. Ces personnages publics ont été victimes d’un nouveau phénomène appelé le  Swatting.

 

Le concept est né aux Etats-Unis d’où le nom à consonance américaine. Le but est de convaincre l’unité d’élite du S.W.A.T, groupe d’intervention à l’image du G.I.G.N français, de se déplacer chez une célébrité pour résoudre un trouble majeur (meurtre, suicide etc..).

Cette semaine le phénomène a réapparu en France cette semaine et la victime a été la chroniqueuse de la chaine D8, Enora Malagré. Un individu s’est fait passer pour son compagnon et a appelé les forces de l’ordre prétextant qu’il avait tué l’animatrice en leur donnant l’adresse avec exactitude.

 

En quoi consiste le Swatting ?

Le Swatting nous vient de l’univers des « Gamers ». Par simple esprit de jalousie, les joueurs en ligne, perdants, collectent le maximum d’informations sur leurs victorieux rivaux et contactent les autorités. L’objectif est de se venger en créant des sueurs froides qui peuvent avoir des conséquences terribles…

En octobre 2014, le swatting a été la source d’un événement tragique. Le père du journaliste de rue 89, Benoit Le Corre, a reçu un appel de la part du Hacker Ulcan (Grégory Chelli, de son vrai nom) lui annonçant la mort de son fils. Victime d’un infarctus à la suite de cet appel, l’octogénaire décèdera à l’hôpital.

 

Un acte puni par la loi ?

 Aux Etats-Unis le concept est assimilé à du harcèlement. Pour la première fois, cette semaine, l’Etat de l’Illinois a condamné un jeune de 19 ans à rembourser la municipalité pour les frais occasionnés par le swatting.

En France, les autorités s’intéressent à ce phénomène qui ne cesse de s’accentuer. Les auteurs de ce type de canulars risquent deux ans de prison et une amende pouvant aller jusqu’à 30000 euros d’amendes

 

 

Si vous considérez que créer des frayeurs chez les autres est une preuve d’humour, alors le swatting est fait pour vous, dans le cas inverse il y a une multitude d’autres rires possibles…

 

Houssem Loussaief

Écrit par kevandhouss