Le sport s’implante en milieu urbain

Le sport de rue est en pleine mutation. Il y a encore quelques années, il était encore très stéréotypé. Le basket-ball et le football, très pratiqués dans les cités tout comme la danse avec le break-dance. Ils sont les pionniers en matière de sport de rue. Apparu en France en 1982, le break-dance reste l’un des symbole du sport de rue.

Faire du sport aujourd’hui est un luxe », explique le sociologue Patrick Trabal.« Regardez le prix des équipements, des licences. Qu’on le veuille on non, il y a des sports accessibles à tous et d’autres qui sont réservés à une certaine catégorie sociale”, poursuit-il. Pourtant aujourd’hui on assiste à une transformation du sport afin de l’adapter à l’univers urbain. Impulsé très souvent par des associations de quartier, ces sports, encore souvent méconnus du grand public et portent un message d’identité sociale.

Le break dance est la danse de rue la plus expressive. @wikimediacommons

Le break-dance est la danse de rue la plus expressive. @wikimediacommons

« Dans un skatepark, tous les jeunes, ou moins jeunes, ont une éducation différente, pas le même vécu. Mais ils ont tendance à se ressembler »

La rue a toujours été un lieu d’expression, de rassemblement. Par exemple, une manifestation ne se fait pas ou très rarement enfermé dans un bureau. Les gens sortent se rencontrent, discutent, ils parlent d’une seule et même voix malgré leurs horizons différents.

A Paris le BMX est un sport très répendu et fédérateur. @wikimediacommons

A Paris, le BMX est un sport très répandu et fédérateur. @wikimediacommons

La rue est un vecteur de lien social qui profite aussi au sport. Il n’y a qu’à aller dans un skatepark, tous ces jeunes ou moins jeunes d’ailleurs avec une éducation différente, et pas le même vécu, ont tendance à se ressembler. Que ce soit dans le style vestimentaire ou la la manière de parler”, reprend le professeur-chercheur à l’université Paris VIII.

Dans ces sports de rue, on remarque la volonté de se rassembler, de s’unir dans un espace anonyme. Mais aussi la volonté de surprendre et d’impressionner. C’est d’ailleurs la marque de fabrique des fameux “crews” de break-dance qui se rassemblent dans des endroits parfois insolites pour faire valoir leur discipline sportive. Pareil pour le skate, le sport extrême le plus célèbre.

Laura Albat, Guillaume Descours

A lire, les autres articles du dossier :

Sport commando en espace urbain

La rue, berceau des sports insolites

Le Break dance, plus vieux sport de rue

Le skate, plus qu’un sport, un mode de vie

Écrit par GP