Le procès des assassins de Kevin et Sofiane se déroule à huis clos

En septembre 2012, Sofiane et Kevin mourraient à Echirolles (Rhônes-Alpes), sauvagement assassinés par douze jeunes. Trois ans après les faits, le procès des accusés s’ouvre enfin. Mais à huis clos.

Le huis clos est requis depuis lundi pour ce procès très attendu par les familles des victimes et par une majorité des habitants d’Echirolles,. La décision d’une audience privée a été prise par crainte d’une émeute dans la salle. »Dans cette affaire très particulière, j’ai peur que le quartier de la Villeneuve et le quartier d’Échirolles viennent troubler le débat« , a déclaré Joëlle Vernay, avocate de deux accusés. Sur les douze présumés coupables, deux étaient mineurs au moment des faits. C’est aussi pour cette raison que la Cour d’assises d’Isères à décidé de tenir l’audience privée. Une décision contestée par les proches des victimes.

Les familles de Sofiane et de Kevin sont sous le choc. Pour elles, la justice ne sera pas rendue du fait du huis clos. « Nos enfants ont été assassinés en public, on voulait un débat public« , a annoncé le père de Sofiane, la veille de l’ouverture du procès. Francis Szpiner, avocat des familles des victimes, va dans ce sens. « Dix accusés sur douze étaient majeurs au moment des faits et ils sont tous majeurs aujourd’hui« , a-t-il dit.  Malgré la déception des familles, le procès le procès des douze assassins se tient à l’écart du public depuis lundi et devrait se poursuivre ainsi pendant six semaines.

En septembre 2012, Sofiane et Kevin ont trouvé la mort dans le parc public Maurice Thorez (Echirolles). Tous deux étaient alors impliqués dans une bagarre de gangs. Leurs douze agresseurs les ont lynché puis poignardé avant de les laisser pour morts.

 

Rawia Arroum

Écrit par Rawia Arroum