Le numéro 1 du miel en Europe tire la sonnette d’alarme

La production de miel en France s’effondre. De 32 000 tonnes en 1995, elle se trouve en 2014 à 10 000 tonnes. La cause ? Les pesticides qui agissent sur le système nerveux des abeilles.

Comme tous les apiculteurs français, la société Famille Michaud est confrontée au taux de mortalité des abeilles, qui ne cesse d’augmenter.  Pour y faire face et continuer à produire du miel, elle a décidé en avril 2014 de lancer une fondation qui se nomme « Lune de miel ». Cette fondation est soutenue par la Fondation de France pour un budget de 100 000€ par an. Avec cette somme modeste  (0,5% environ du chiffre d’affaires), la société finance des projets liés à la préservation des abeilles et assure ainsi l’apiculture.

La société met en cause les pesticides utilisés par les agriculteurs pour améliorer leurs rendements. Parmi eux, figurent les néonicotinoïdes. Ces insecticides restent dans toutes les parties de la plante et pendant toute sa durée de vie puisque la substance se trouve dans la graine et est véhiculée par la sève. Suite à une étude montrant les effets des néonicotinoïdes sur les abeilles en mars 2012, l’Agence européenne sanitaire (Efsa) avait reconnu que certains d’entre eux étaient dangereux pour ces insectes. En 2013, l’Europe a interdit trois de ces insecticides pour le maïs, le tournesol, le colza et le coton. Cette interdiction est valable pour deux ans seulement.

Justine Martine, 3F

Écrit par Justine Martine