« Le nouveau Paris » irrite la droite

Fusion des départements, transfert de compétences de l’État vers la Ville et fusion Ville-Département les nouveaux projets d’Anne Hidalgo pour Paris votés aujourd’hui au conseil de Paris ne font pas plaisir à tout le monde. Les Républicains et le groupe UDI-Modem s’opposent à la cette restructuration de la capitale.

Trois principaux axes forment le projet de réforme du statut de Paris souhaité par la maire socialiste. Le plus important est le regroupement des quatre premiers arrondissements, c’est-à-dire constituer un unique conseil d’arrondissement des 1er, IIe, IIIe et IVe arrondissements. Il n’y aurait donc plus que 17 maires mais toujours 20 arrondissements.

Le second axe est la compétence reprise à l’État qui correspond à récupérer certaines décisions qui relèvent de la préfecture de Police alors que celles-ci appartiennent dans d’autres villes au maire.

Enfin, le dernier grand point de cette réforme est la fusion Ville-Département.

Cependant, ces nouvelles réformes ont tendance à irriter fortement la droite. L’opposition a fait savoir son mécontentement dimanche dans une tribune publiée par le « JDD ». Ils dénoncent une « manipulation électoral grossière ».

Dans le texte intitulés « Arrondissements: quatre enterrements et un mariage forcé », 53 conseillers des républicains sur 55 estiment que la maire PS d’agir en sa faveur en vue des prochaines élections électorales et ainsi  » affaiblir la droite et le centre, tout en supprimant une réalité historique multiséculaire « . Les élus demandent également à Anne Hidalgo « d’avoir au minimum le courage de ses positions et d’organiser une véritable concertation et de consulter formellement les Parisiens ». Nathalie Kosciusko-Morizet, qui préside le groupe Les Républicains à l’hôtel de Ville est la plus remontée face au vote du  » nouveau Paris « . Elle le juge « scandaleux, inique, inefficace, voire coûteux « .

Le groupe UDI-Modem contre Anne-Hidalgo

Le parti du centre droit du Conseil de Paris s’était déjà manifesté sur ce sujet. Ils s’étaient insurgés contre « la précipitation et la fébrilité » avec laquelle ce projet était bouclé par l’exécutif municipal. Ils avaient également déclaré que rien ne justifier un nouveau redécoupage des arrondissements à part une simple manipulation politique et municipale.

Dans tous les cas, un tel projet doit être impérativement voté au parlement pour être entériné.

 

Margaux Dulong

Écrit par Margaux Dulong