Le mur « anti-intrusions » de Calais est terminé

Destiné à empêcher le passage de migrants dans des camions, le mur n’a pas mis longtemps à être achevé. Sa construction a débutée le 20 septembre, malgré l’opposition du maire de Calais. Elle est désormais terminé.

Un mur de quatre mètres de haut et d’un kilomètre de long prolonge à présent des grillages déjà installés sur la rocade, près du port, comme vous pouvez le voir ci-dessous. Financé par la Grande-Bretagne à hauteur de 2,7 millions d’euros, il doit être progressivement végétalisé côté circulation. Son but ? Protéger la rocade de l’assaut des migrants voulant passer côté anglais.

 


Un mur controversé

Fin novembre, Jean-Marc Puissesseau, PDG du port de Boulogne-Calais avait déclaré dans une conférence de presse que la construction du mur était indispensable : “C’est un outil extrêmement important, ça montre que l’autoroute est sécurisée“. 

En revanche, pour la maire de Calais Natacha Bouchart (Les Républicains), ce mur n’était pas indispensable. Elle l’avait même attaqué au tribunal administratif de Lille qui avait rejeté le 22 novembre la demande de la municipalité de suspendre la construction, estimant que le flux de migrants n’allait pas se tarir “à court terme“.

Malgré la destruction du bidonville/jungle de Calais fin octobre dernier, les migrants tentent toujours de traverser la Manche. Effet de redondance dans l’actualité, un nouveau mur, non pas aux Etats-Unis mais entre le Royaume-Uni et la France, coince des êtres humains entre les frontières.

Sources : Le point, AFP

Ariane Cairoli

Écrit par iejpedago