Le harcèlement scolaire, ce fléau

C’est une décision qui devrait faire date : dans un jugement du 26 janvier (révélé le 2 février), le tribunal administratif de Versailles a reconnu l’Etat partiellement responsable du suicide d’une jeune collégienne victime de harcèlement dans son établissement. En France, environ un élève sur dix est victime de harcèlement scolaire et ses conséquences peuvent être dramatiques. Mais alors quels sont les signes du harcèlement ? Comment le détecter et comment y remédier ?

  • Qu’est-ce que le harcèlement scolaire ?

Il s’agit d’une violence répétée, continue et exercée sur une longue période par une personne ou un groupe de personnes à l’égard d’une autre. Les attaques peuvent être verbales (moqueries, railleries, insultes racistes, antisémites ou sexistes) physiques (coups, menaces, grimaces, gestes obscènes) ou psychologiques (propagation de rumeurs, processus d’isolement).

  • Quelles sont ses caractéristiques ?

La répétition : la violence est répétée, reproduite, réitérée sur une longue période, rendant la vie de l’enfant infernale pendant des jours et des jours.

Le rapport de force : un enfant prend clairement le pouvoir sur un autre. L’agression se fait d’un élève plus « fort » contre un élève plus « faible » ou ayant des difficultés à se défendre. Il peut s’agir aussi d’un groupe qui se ligue contre un élève isolé ou encore d’enfants plus âgés attaquant des plus jeunes.

L’intention de nuire : le « jeu », qui n’est pas au départ malveillant ou blessant, le devient lorsque le processus s’installe dans la durée. L’agresseur a l’intention délibérée de nuire même s’il prétend presque toujours que c’est un « simple jeu », que « c’est pour rire ».

  • Quelle est la dynamique de ce fléau ?

Le harcèlement scolaire se différencie des autres formes de harcèlement par le fait qu’il est (presque) toujours un phénomène de groupe. Le harceleur a besoin de témoins, de rieurs, et de spectateurs. Il veut nuire et faire mal pour se rendre « intéressant » au regard des autres.

  • Comment lutter contre ces pratiques ?

Il faut tout d’abord sensibiliser les élèves, les parents et les professionnels. Un site internet,  « Non au harcèlement », a été créé pour diffuser toutes les informations et outils utiles. La prévention est également nécessaire et il existe aujourd’hui de nombreux supports (dessins animés, vidéos et guides pédagogiques). Des campagnes de prévention sont régulièrement diffusées. Même des artistes comme Keen’V se sont mobilisés. Enfin, un guide sur les cyber-violences a été créé afin de travailler sur le cyber-harcèlement à caractère sexiste et sexuel (diffusion de vidéos intimes, etc.)

Mélissa Chatel Karras

Écrit par iejpedago

Laisser un commentaire