Le FN édulcore son discours pour les régionales d’Île-de-France

Pas plus tard qu’hier, Marine Le Pen comparaissait devant le tribunal correctionnel de Lyon pour des propos sur l’Islam tenus en 2010. En préparation des régionales, le parti d’extrême droite va tenter de faire rallier leur cause aux français de confession musulmane.

Marine Le Pen encoure jusqu’à un an de prison et 45.000 euros d’amende pour ses propos tenus sur les prières de rue par des français musulmans, le 10 décembre 2010, les qualifiants d’ «occupation ». Le parquet a remis son verdict et demande la relaxe de la Présidente du FN. Le jugement final sera rendu public le 15 décembre 2015.

Toutefois, en vue des régionales d’Île-de-France, le parti souvent décrié pour sa xénophobie va tenter une nouvelle opération de dédiabolisation dans les cités de la région. Ce sont 600.000 tracts, sous forme d’un magazine, qui ont été préparés dans l’objectif d’être distribués dans les zones sensibles. Soucieux de faire paraître un nouveau visage, un feuillet destiné aux musulmans leur est spécialement dédié avec un titre suggestif : « Musulman peut-être, mais Français d’abord ».

Une évolution du discours

Depuis plusieurs années, le discours du FN s’est éduqué afin de laisser transparaitre le doute quant à ses véritables attentions si, un jour, le pouvoir politique leur était accordé. Aujourd’hui, la création de collectifs par le parti tel que « Français d’abord, mais aussi musulman » tend vers un discours d’égalité, sans distinctions de couleur ni de religions, pour tenter une conquête des français d’origines étrangères. Comme en témoigne l’évolution de certaines phrases de Marine Le Pen depuis ces 5 dernières années.

Décembre 2010 à Lyon.
« C’est une occupation de pans du territoire, des quartiers dans lesquels la loi religieuse s’applique, c’est une occupation. »

Défilé du 1er mai 2011.
« Qu’on soit homme ou femme, hétérosexuel ou homosexuel, chrétien, juif, musulman ou non croyant, on est d’abord français ! »

Janvier 2015, après les attentats de Charlie Hebdo et d’Hyper Cacher
« Personne ne souhaite qu’une confusion soit effectuée entre nos compatriotes musulmans attachés à notre nation et à ses valeurs et ceux qui croient pouvoir tuer au nom de l’islam. »

Baptiste Rouch

Écrit par baptiste.rouch