Le diocèse de Lyon soupçonné d’avoir couvert le Père Bernard

Après la mise en examen, le 27 janvier dernier, du prêtre Bernard Preynat, accusé d’abus sexuels et de viols entre 1978 et 1991, la justice veut savoir si le clergé lyonnais a protégé ou non, le prêtre.

L’affaire du Père Bernard pourrait devenir celle du Cardinal Barbarin.  Vendredi soir, ce dernier a pris connaissance «avec gravité» de l’ouverture de l’enquête. Il assurait que le diocèse et lui coopéreraient « avec sérénité et confiance avec la justice en fournissant aux enquêteurs toutes les informations à leur disposition pour faire la lumière sur ces événements, dont la complexité et l’ancienneté exigent une approche prudente ». Dans un communiqué, le diocèse a pour sa part déclaré que le cardinal Barbarin n’était pas archevêque de Lyon à l’époque des faits, et qu’ « il n’a jamais couvert aucun fait de pédophilie».

Soupçonné d’agressions sexuelles sur de jeunes scouts il y a plus de 25 ans, le prêtre Bernard Preynat a quitté ses paroisses du Roannais fin août 2015, après avoir été relevé de ses fonctions par le diocèse, et reconnu les faits devant les policiers. Il a aussi été placé sous le statut de témoin assisté pour des viols qu’il a avoués en garde à vue.

Le prêtre a également déclaré devant le juge d’instruction « que les faits étaient connus par les autorités ecclésiastiques depuis 1991», date à laquelle il avait été écarté du groupe scout qu’il encadrait depuis près de 20 ans à Sainte-Foy-lès-Lyon, une banlieue lyonnaise.

Écrit par Thenais Gence