Le délit de maltraitance animale appliqué aux abattoirs

Abattoir de boeuf (crédit photo : Pixabay).

Jeudi 21 décembre le gouvernement a annoncé que toute maltraitance sur un animal dans un abattoir ou lors de son transport sera désormais susceptible d’être punie par la loi.

C’est une victoire pour les partisans de la cause animale. Le délit de maltraitance animale, déjà applicable aux animaux domestiques, sera étendu aux abattoirs. Un projet de loi à l’initiative du Premier ministre à l’issue des états généraux de l’alimentation. «Dans le projet de loi est accroché un article étendant au pénal les mauvais traitements sur animaux lors du transport d’animaux vivants et dans l’industrie alimentaire, notamment les abattoirs», a déclaré une source gouvernementale, ajoutant que «la création de ce délit sera inscrite dans le code rural». Cette mesure était attendue depuis longtemps et particulièrement depuis la succession de multiples scandales de maltraitance dans plusieurs élevages et abattoirs français par l’association de défense des animaux L214.

Pendant cinq mois les états généraux de l’alimentation, ont rassemblé l’ensemble de la filière alimentaire afin de tenter d’équilibrer les relations commerciales entre agriculteurs, les transformateurs et les distributeurs. À l’issue des réunions les participants en sont sortis avec l’espoir que des mesures concrètes voient le jour rapidement. Outre les réformes sur la maltraitance des animaux, les états généraux ont aussi lancé les bases d’un plan de développement de l’agriculture bio, qui devrait être annoncé au premier trimestre par le gouvernement.

Marie Bloeme

Edité par Maël Chaumier

Iconographie par Hippolyte Corneille

Écrit par IEJ3B