Le déclin de l’El, une ouverture pour l’Occident

Daech recule. La première défaite des djihadistes à Sinjar en Irak, face aux Kurdes, a laissé des traces. Les Occidentaux veulent donc profiter de ce retrait pour anéantir les centres du groupe en Syrie et en Irak. 

Les difficultés s’accumulent pour le groupe Etat Islamique. Après avoir essuyé leur première défaite à Sinjar puis à ensuite à Ramadi à Bagdad, les forces de Daech semblent connaitre leurs premières faiblesses.  Les frappes de la coalition touchent de nombreux combattants de l’Etat Islamique; certains  fuient leur poste de commandement. Cette perte d’effectif a de lourdes conséquences. Daech a déclaré par le biais d’un communiqué: « face aux circonstances exceptionnelles auxquelles face face l’El, il a été décidé de réduire de moitié les salaires des moujahadines ».

 

La stratégie « Anti-Daech » se prépare du côté de la coalition de guerre menée par les Etats-Unis. Le groupe militaire international qui lutte contre Daech en Syrie et en Irak, se félicite de ce recul et compte intensifie les bombardements au sol et dans les airs. Hier, le Conseil de Guerre s’est réuni à Paris. A la sortie de cette réunion, les pays les plus engagés dans cette coalition ont fixé trois objectifs comme l’indique Ashton Carter, ministre de la Défense américain: « Détruire le cancer de l’El en supprimant ses centres de pouvoir à Raqqa et Mossoul; lutter contre les métastases de cette rumeur à travers le monde et protéger les populations chez nous »

Avec un programme vaste et complexe, l’Occident s’active donc pour mettre fin à cette menace Islamique.

 

Luc Rasamimanana

Écrit par Luc Rasamimanana