Le conseil de sécurité de l’ONU se réunit pour parler d’Alep

À la demande de la France, une réunion extraordinaire s’est tenue, mardi 13 décembre. L’objet de la réunion: la situation humanitaire à Alep. Depuis dimanche, et la reprise de l’Est de la ville par l’armée, les morts civiles ne font qu’augmenter.

82 civils exécutés en 48 heures, c’est le bilan dont l’ONU a fait part, dans l’après-midi du 13 décembre. Ces meurtres, causés par l’armée royale depuis la reprise des quartiers Est d’Alep, ont alarmé les gouvernements. Depuis plusieurs jours déjà, plusieurs hommes d’État ont fait part de leur mécontentement vis-à-vis du comportement des forces armées pro Al-Assad.

Une réunion d’urgence

En préambule de son discours de politique générale devant l’Assemblée nationale ce mardi, Bernard Cazeneuve a faire part de son indignation envers les « massacres » et « atrocités » qui sévissent à Alep, deuxième ville syrienne. La France a demandé la tenue d’une réunion d’urgence du Conseil de Sécurité qui s’est tenue mercredi 13 décembre, à 18 heures.

La semaine précédente, une réunion entre Russes et Américains avait insisté sur la mise en place d’une aide logistique pour les civils durant la reconquête de l’armée syrienne. Dans la seule journée du dimanche 11 décembre, 10 000 civils ont fui l’Est de la ville en seulement 24 heures.

L’observatoire syrien des droits de l’homme faisait état, mercredi, de meurtres commis par l’armée dans des hôpitaux et envers des enfants. Une confirmation au chiffre apporté par l’ONU, faisant état de 13 enfants tués ces dernières 48 heures.

France, Russie, Chine, Royaume-Uni et États-Unis, ainsi que les 10 autres gouvernements non-permanents sont donc réunis, restent à savoir s’ils pourront se mettre d’accord sur les moyens à employer.

Maxence BERNAUD

Écrit par iejpedago