Brexit : les hôpitaux britanniques redoutent le départ des infirmiers

Les hôpitaux britanniques redoutent une baisse d’effectif après le Brexit : 57.000 travailleurs européens pourraient déserter les centres hospitaliers.

Dans les services des hôpitaux britanniques, on peine à recruter. Depuis des années, les services médicaux britanniques ont fait appel à la main d’oeuvre européenne.

Près de 4% des infirmiers sont ressortissants de l’Union européenne, soit 57.000 postes dans le milieu hospitalier britannique.

Avec le Brexit, cette situation inquiète le Secrétaire gallois à la santé : « Que se passera-t-il demain, s’ils doivent quitter le pays ? Les Européens ne font pas que contribuer à notre société, ils sont notre société. Nous n’y arriverons pas sans eux. »

Un infirmier espagnol, installé au Royaume-Uni depuis 17 ans, souhaite des garanties rapidement : « Avant, toutes les infirmières espagnoles voulaient venir ici mais elles se tournent désormais vers d’autres pays comme la France. » Le Royaume-Uni ne devient plus la destination.

Le pays est face à une crise des vocations. 7,6 % des postes d’infirmiers sont vacants. En cause, les frais de formation élevés en école d’infirmiers. Le pays de Galles a d’ailleurs lancer une campagne pour recruter du personnel médical. Il promet de prendre en charge 10.300 euros de frais de formation pour les jeunes volontaires.

 

Thomas HERREMAN

Écrit par Thomas Herreman