Le 21 décembre 1958, Charles De Gaulle devient Président de la République

Le Général de Gaulle va devenir le premier président de la Vème République (crédit photo : Imperial War Museum)

Il y a 59 ans jour pour jour, le Général De Gaulle prend officiellement les rennes de la France et devient le premier Président de la Vème République.

Nous sommes le 21 décembre 1958, Charles de Gaulle est élu Président de la République à 78,1% des suffrages. Le contexte politique français est critique : nous sommes en pleine guerre d’Algérie, débutée 4 ans auparavant, et qui ne cesse de dégénérer. René Coty, son prédécesseur, ne sachant plus comment gérer la situation, appelle alors « le plus illustre des Français » pour qu’il devienne chef du gouvernement. Pendant l’été, Charles de Gaulle installe sa politique et fait valider une nouvelle constitution avant d’être élu, premier président de la Vème république quelques mois plus tard.

Bien conscient de la situation dans laquelle se trouve le pays, Charles de Gaulle a déjà réfléchi aux grandes lignes de sa politique : adoption d’une nouvelle constitution, l’indépendance face aux Etats-Unis, une politique européenne, et un avenir pour l’Algérie.

Une fin unique

Après un mandat de 7 ans, le Général va mettre en pratique, pour la première fois, l’élection au suffrage universel. Il est élu avec 54,8% des voix, au deuxième tour, face à un autre futur président de la République, François Mitterrand.

En mai 1968, le pays se soulève. D’abord les étudiants vont contester, suivis par les ouvriers, contre la société traditionnelle et l’autorité. En effet, le contexte économique est celui-ci : les français sortent de la période des Trente Glorieuses, très prolifique, mais tous ne ressentent pas cette croissance économique et beaucoup s’estiment même exclus. Les français décident alors de faire grève, ce qui se révèlera être la plus importante grève générale « sauvage » de l’histoire. Le pays est paralysé pendant des semaines. Le 30 mai, Charles de Gaulle dissout l’Assemblée nationale.

Le 27 avril 1969 un projet différent, portant sur la régionalisation et la réforme du Sénat, est proposé aux français. Celui-ci est rejeté par 52,4% des voix. Offensé, Charles de Gaulle prend cela comme un affront car il avait engagé sa propre légitimité. Pour lui, si cette reforme était rejetée, alors cela signifiait que les français ne voulaient plus de lui. Il prend alors une décision unique en France : il démissionne.

Il se retire de la vie politique et rentre chez lui à Colombey-les-Deux-Eglises, pour écrire ses mémoires.

Juliette Prigent

Edité par Maël Chaumier

Écrit par IEJ3B