L’assurance maladie en a plein le dos

C’est devenu la bête noire des entreprises françaises. La part des lombalgies,  ou mal de dos, au sein des accidents du travail augmente année après année jusqu’a devenir la troisième cause d’invalidité dans l’entreprise.

Un  Français sur deux souffre au moins une fois dans l’année d’un épisode de lombalgie. Le mal de dos est devenu un vrai fléau de notre société comme le constatait mardi 15 novembre la directrice des risques professionnels à l’Assurance maladie, Marie Jeantet. Selon les Échos c’est le deuxième motif de recours au médecin traitant.

  • Des millions de personnes en sont victimes, cela signifie un vrai mal-être.

Même si la situation n’a jamais été aussi bonne en terme de maladie professionnelle : « Il y a soixante-dix ans, on était à 120 accidents pour 1 000 salariés, aujourd’hui il n’y en a plus que 33,9. ». Mais la lombalgie est devenu le mal du siècle. En 2015, il y avait 2300 cas de lombalgies de plus qu’en 2005.  La Caisse nationale d’assurance maladie a constaté 167000 cas de cette pathologie liée au travail.

  • Des arrêts de travail parfois très longs avec des impacts négatifs sur la vie et la carrière professionnelle.

Les douleurs de dos sont à l’origine de 30 % des arrêts de travail de plus de six mois car une fois sur cinq, le mal de dos donne lieu à un arrêt de travail. Que ce soit en accident du travail ou en maladie professionnelle, les secteurs d’activités le plus touchés sont les mêmes : le BTP, l’agroalimentaire, l’énergie et le secteur des services à la personne. 

2042747_accidents-du-travail-le-mal-de-dos-coute-pres-de-1-milliard-deuros-web-tete-0211492591753

Source : les Échos.

  • Les finances de la Sécurité sociale sont durement affectées

L’an dernier, l’assurance maladie a dû verser 580 millions d’euros d’indemnités journalières, 300 millions sous forme de rente ou de capital pour couvrir le préjudice, et enfin 120 millions en soins. Soit un total de 1 milliard d’euros. Le mal de dos est devenu une hernie pour les entreprises. 

Marie Roux.

Écrit par Marie Roux