L’armée syrienne reprend Alep-Est, les civils fuient

L’Observatoire Syrien des Droits de l’Homme (OSDH) rapporte que 10.000 civils auraient fui la ville d’Alep depuis ce dimanche 11 décembre. Cet exode fait suite à la reconquête par les forces du régime syrien de deux quartiers situés à l’Est de la ville. 

120.000 depuis mi-novembre, 10.000 depuis dimanche, si le rythme continue, Alep-Est ne sera bientôt peuplée que par les forces pro-gouvernementales. Ces dernières ont repris deux quartiers importants, dimanche 11 décembre, contrôlant 90% des quartiers Est de la ville, toujours selon l’OSDH. L’évacuation est toujours en cours dans cette partie de la ville, la deuxième du pays.

Un exode locale

La plupart des exilés fuient d’une partie à une autre d’Alep, la grande majorité allant aux quartiers Ouest, où les forces pro-gouvernementales sont présentes. Ces derniers fuient les zones bombardées vers des zones plus sûres, non-contrôlées par les rebelles. Une partie importante des, désormais, réfugiés, s’est enfuie vers les quartiers tenus par les Kurdes. Sur les 120.000 habitants qui ont quitté cette partie de la ville, depuis mi-novembre, 30.000 se seraient déplacés vers les combattants du Kurdistan autonome.

Un bilan de 413 morts depuis novembre

Un bilan loin d’être à jour. Les conditions sur place sont compliquées et ne permettent pas de tenir un bilan exhaustif du nombre de morts dans cette région de la ville. Le secrétaire d’État américain, John Kerry, a annoncé, vendredi 9 décembre, une réunion d’experts afin de pouvoir mettre en place des aides pour les civils sur place. Ce dernier avait déjà critiqué les bombardements en cours à Alep, le lendemain de cette décision, comme le montre la vidéo ci-dessous.

©AFP TV/Dailymotion

La reconquête de l’armée syrienne, dans la partie anciennement rebelle d’Alep, s’est faite au prix de bombardements incessants, provoquant ainsi une exode massive mais surtout rapide. Il a fallu 24 heures pour que cette dizaine de milliers de syriens fuit les bruits du combat.

Depuis mars 2011, la guerre civile en Syrie a provoqué la mort de 300.000 personnes.

Source : Observatoire Syrien des Droits de l’Homme.

Maxence Bernaud

Écrit par iejpedago