L’Allemagne repart pour un tour

Malgré une victoire aux dernières législatives, Angela Merkel, qui entame son quatrième mandat, n’a pas réussi à créer une coalition. Un échec qui plonge l’Allemagne dans une crise inédite, de nouvelles élections sont envisagées.

Alors que la question de nouvelles élections se pose, Frank Walter Steinmeir, le président allemand refuse d’envisager cette hypothèse (qu’il est le seul à pouvoir déclencher). Pour lui : «  Quand on se présente aux élections pour demander des responsabilités, on ne doit pas se défiler quand elles vous arrivent entre les mains »

Angela Merkel, de son côté, ne souhaite pas renoncer à son poste de Chancelière « Je n’ai peur d’absolument rien. » Ferme et déterminée, mais toujours incapable de former un nouveau gouvernement, notamment avec les verts et les libéraux avec qui elle s’était alliée ces dernières années. Ses adversaires politiques réclament tous qu’elle quitte le pouvoir. « Mme Merkel a échoué, et il est temps qu’elle quitte la chancellerie » déclarait Alexander Gauland, vice président de l’Afd, le parti d’extrême droite, fraîchement arrivé au parlement Allemand.

Schulz, seul maître à bord


Malgré sa défaite en septembre dernier face à Merkel, Schulz semble être en position de force. Celui-ci peut accepter une alliance avec la CDU (Parti démocrate chrétien allemand, dirigé par Angela Merkel) afin d’éviter à l’Allemagne une crise sans précédent, voir de nouvelles élections. Selon le Bild (Journal quotidien le plu lu d’Allemagne) la décision de Schulz est très contestée et certains députés font pression autour de lui pour qu’il accepte une alliance avec la Chancellerie.
En cas d’échec total de formation de gouvernement, Angela Merkel se dit prête à se
présenter à de nouvelles élections, malgré la déclaration du président.

Kilien M.

Écrit par IEJ3B