L’accord sur le nucléaire iranien en péril

A moins d’un mois de la date butoir et après deux reports, les 5+1 et l’Iran se rencontreront lundi pour ce qui peut être la rencontre de la dernière chance.

Hassan_Rouhani

Hassan Rohani. Président de la république islamique d’Iran. source : wikipédia

 

Ce sont des tractations cruciales qui s’ouvriront lundi prochain à Genève sur le nucléaire iranien.

Cet accord sera conditionné par la promesse de l’Iran de ne pas continuer leur enrichissement massif en uranium à plus de 20% dans le but de se doter de l’arme nucléaire. Un risque beaucoup trop dangereux dans un Moyen-Orient très fragilisé par des conflits à répétition.

Les 5 membres permanents du conseil de sécurité de l’ONU, le groupe des 5+1 (France, Allemagne, USA, Grande-Bretagne, Russie et Chine) plus l’Iran vont donc devoir rapidement trouver un compromis.   Un accord essentiel puisque le président américain Barack Obama a déclaré qu’il ne cautionnerait pas un nouveau report des négociations.

Cet accord pourrait permettre la levée des sanctions économiques qui pèsent sur le pays depuis une trentaine d’années.

Ces accords seraient vitaux pour l’Iran qui pourraient ré-ouvrir à l’Occident son marché pétrolier, qui est le 2e au monde.Une nouvelle qui serait   également la bienvenue pour la France qui avant cette « guerre froide » était l’un des premiers partenaires commerciaux du pays.

Ces sanctions sont très lourdes et ont paralysé le pays qui était pourtant en plein développement avant la révolution de 1979.

D’après des études récentes du FMI (fond monétaire international) , l’Iran souffre actuellement d’un taux de chômage très élevé, d’une croissance très faible ainsi que d’une inflation en constante hausse.

à lire aussi : Accord sur le nucléaire iranien

Roxana Benedetti

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Écrit par dominique