La Sécu selon Fillon

Après le troisième débat des primaires de la droite, on ne parlait que des projets de François Fillon pour la Sécurité sociale. Dans une tribune publiée le 12 décembre par le figaro.fr, l’ancien Premier ministre a livré plus d’informations concernant les réformes qu’il souhaite apporter à ce système.

Son projet ? Que « la sécurité sociale se concentre sur les risques principaux, les affections graves ou de longue durée ». Dans sa tribune publiée le 12 décembre par lefigaro.fr, François Fillon commence par faire un constat. En France les déserts médicaux s’étendent, le trou de la Sécurité sociale augmente avec 160 milliards de dette publique et les 35 heures font des dégâts à l’hôpital. Bref, pour lui, « ce modèle (social) craque de toutes parts« . S’il sait que sa mesure suscite beaucoup de critiques à gauche et à l’extrême-droite, Fillon propose tout de même des solutions et clarifie sa position quant aux refontes qu’il compte apporter au système.

Car, contrairement à ce que ses échanges avec Alain Juppé laissaient transparaître, François Fillon ne compte pas détruire et reconstruire le modèle social français. « Mon objectif est de sauver notre système de santé qui fut l’un des meilleurs au monde et qui doit le redevenir. » Il prévoit donc plusieurs réformes – sans pour autant toucher à l’Assurance-maladie ou la privatiser – et souhaite faire naître un système de santé qui serait :

Mieux contrôlé

Placer l’Assurance-maladie obligatoire et les organismes complémentaires sous le pilotage d’une agence de régulation et de contrôle. Cela permettrait à tous les Français de bénéficier d’une protection complémentaire appropriée.

Simplifié

Rendre moins complexe les nombreux dispositifs de franchise actuels notamment par l’abandon de la généralisation du tiers payant. « La santé a un coût et, au bout du compte, d’une manière ou d’une autre, c’est toujours l’assuré qui paye. »

Offrant plus choix

Permettre aux patients de choisir librement son établissement de soins et son professionnel de santé, ce dernier devant rester maître de ses prescriptions.

Plus attrayant pour les médecins

Enrayer la désertification médicale pour garantir un accès égal aux soins. Cela passerait par la multiplication des maisons médicales via une revalorisation de la médecine libérale, une refonte des études médicales et la télémédecine.

Plus équilibré économiquement

Pour François Fillon, « on ne peut pas continuer de financer notre Assurance-maladie à crédit et d’en faire porter le poids aux générations futures, d’autant que les dépenses de santé vont continuer de croître. »

Dans l’ensemble, le candidat vainqueur des primaires de droite compte donc simplifier le système de santé et le rendre plus flexible sur beaucoup de points. Cela permettrait, selon lui, une répartition plus équitable des soins sur le territoire français.

Clément Béziat

Écrit par iejpedago