La présidente de France Télévisions vise un ambitieux déficit « zéro »

Delphine Ernotte, présidente de France Télévisions s’est engagée à un déficit « zéro » en 2016 devant la commission des Affaires culturelles de l’Assemblée nationale. Il ne lui reste plus qu’un an pour effacer la dette de 70 millions d’euros qu’a comptabilisé l’entreprise française l’an dernier. Un pari ambitieux qu’elle prépare depuis deux mois. 

Delphine Ernotte s’était montrée plus mitigée lors de sa prise de fonction en septembre. Elle affirmait pouvoir atteindre les 50 millions de déficit en 2016. La coriace Fleur Pellerin lui impose alors un projet de demi-mesure. Un euro en plus pour la redevance télévisuelle qui passe donc à 137 euros et une hausse des prix de la publicité. Quelques économies sans pour autant sauver le groupe. Delphine Ernotte comme revigorée par ce rappel à la réalité se laisse porter par le challenge. S’il faut sauver France Télévisions, il faut le faire avec passion. Et elle veut à tout prix éviter les nombreuses turbulences de Radio France. Le plan de Fleur Pellerin n’est alors plus suffisant. Il faut en concocter un autre.

« Compte tenu des hypothèses budgétaires communiquées par notre actionnaire, les ressources publiques pour France Télévisions seraient au mieux stables en 2016 par rapport à 2015. Au regard par ailleurs de l’évolution du marché publicitaire, on peut considérer, si ce schéma était confirmé, que les ressources globales de l’entreprise diminueraient en 2016. La confirmation de ces montants conduirait, comme je vous l’avais indiqué jeudi dernier, à un déficit prévisionnel pour 2016 de l’ordre de – 50 millions, malgré la prise en compte d’hypothèses d’économies par rapport à 2015 »

La président se rebelle, tient tête et obtient un plan plus ambitieux que le premier. Elle n’oublie pas pour autant ses employés: « Sans attendre j’ai demandé à l’ensemble des équipes de préparer un plan d’économies , à l’exclusion de tout nouveau plan de départ.« . Les députés ont décidé de la suivre en votant une augmentation du budget du groupe télévisuel national. C’est désormais à Delphine Ernotte de faire « l’autre moitié du chemin« .

A lire aussi:

Écrit par clemenceforsans