Dans la rue Mounié à Antony, les commerçants s’affairent à faire leurs inventaires une semaine avant le début des soldes. Cette rue, qui est la plus commerçante de cette ville des Hauts-de-Seine, connaît chaque année une grande effervescence lors de la période des soldes…

« Le Chic Parisien », magasin à Antony (92)
Photo: Audrey Saint-Georges

Au « chic parisien », un magasin de prêt à porter masculin haut de gamme installé rue Mounié à Antony depuis 63 ans, Daniel, le responsable est confiant à la veille des soldes : « Nous avons une clientèle fidèle, habituée aux soldes, habituée aux achats fréquents dans notre magasin. Nous nous y préparons sans le moindre stress ». L’ambiance est très calme, les deux responsables sont assis et semblent très décontractés. Par contre, pas un seul seul client ne semble pointer le bout de son nez. Pour ce commerçant indépendant, cette période s’annonce faste grâce à une clientèle plus âgée qui dispose de moyens importants. Daniel ne parle pas d’invendus, il dit ne pas en avoir ! Mais pour certains blogueurs, les soldes ne sont qu’une période d’hypocrisie de la part des vendeurs.. .

Au Monoprix, les soldes privées qui ont lieu une semaine avant le coup d’envoi officiel font fureurs auprès des clients ; chez le leader du commerce de centre-ville cette politique de vente qui est exclusivement réservée aux détenteurs de la carte du magasin. Ce matin là, Jacques, 86 ans,  le gérant du magasin depuis 60 ans flâne entre les rayons et discute avec des clientes. Cette année il compte bien vendre le surplus de marchandises: « Les pré-soldes, c’est une bonne politique puisque sinon nous n’arrivons pas à tout vendre. Cette année il y a beaucoup de stock puisque l’hiver est arrivé très tard et puis nous avons trop chargé nos engagements auprès de nos fournisseurs !! »

Marionnaud à Antony (92)
Photo: Audrey Saint-Georges

Pour d’autres enseignes, c’est le manque de marchandises  qui peut se ressentir pendant cette période. Chez Marionnaud, situé sur le trottoir en face du Monoprix, la période des soldes ne semble pas affecté les vendeurs. les étiquettes de rabais sont déjà présentent dans cette boutique de cosmétiques, les vendeuses souriantes sont prêts à accueillir les clients. « Nous faisons des remises toute l’année, les soldes pour nous c’est continuellement, ironise Sandra une vendeuse de 31 ans. « Nous sommes celui qui fait le plus de chiffre d’affaires dans la région, il nous arrive de demander de la marchandise à d’autres magasins car nous sommes souvent en rupture de stock et pas uniquement pendant les soldes ».

Une problématique qui semble bien lointaine pour le magasin situé juste à côté. « Du pareil au même » est une chaîne de prêt à porter pour enfant, pour eux cette période est surtout l’occasion de vendre leurs nombreux invendus de l’automne mais également du printemps: les vendeurs étiquettent déjà tout les vêtements, l’ambiance est plus pesante et la responsable, Monique, affiche un sourire crispé «  Nous avons beaucoup de difficulté cette année, nous ressentons la crise, les parents recyclent de plus en plus les habits pour nourrisson et pour enfants…Nous comptons énormément sur les soldes pour remonter notre chiffre d’affaires » 

La préparation des soldes, selon les enseignes, ne se passe pas du tout dans la même ambiance. Entre stress et décontraction, les vendeurs n’abordent pas cette période de la même manière pourtant agréable pour les consommateurs. Alors quand sera-t-il la semaine prochaine?

Audrey Saint-Georges 

Écrit par Audrey Saint Georges