La police de Ferguson accusée de discrimination

Une enquête du département américain de la Justice a montré que la police de Ferguson  ainsi que la justice de la ville sont engagés dans une « routine » de discrimination envers la population locale noir.

L’été dernier, Ferguson a été le théâtre de violentes émeutes  suite au décès d’un jeune Afro-Américain Michael Brown, tué par la police locale. Suite à ces événements le ministère a lancé une enquête, dont quelques plusieurs éléments ont fuité hier dans la presse américaine. 

A lire aussi: Ferguson le jour d’après

Dans ce  dossier de plus de 35 000 pages, l’analyse montre que les Afro-américains représentait 93% des arrestations alors qu’il ne représentent que 67% de la population de la ville, comme l’a déclaré un responsable, hier. Selon des chiffres cité par le Washington Post, de 2012 à 2014, 85% des voitures arrêtées par la police étaient conduites par des Noirs et 90% des personnes convoquées au tribunal étaient noirs. La violence est elle aussi omniprésente, puisque dans 88% des interventions, la force a été utilisé contre la population noir locale. (A lire aussi: États-Unis : le racisme ordinaire de la police de Ferguson)

La justice n’est pas non plus épargnée, puisque, de 2011 à 2013, les Noirs représentent 95% des inculpations pour infractions piétonnières et 92% pour troubles à la paix publique, toujours selon le Washington Post.

Il a noté également que l’un des principaux problèmes dénoncés depuis plusieurs années est le manque de diversité de la police: 84% des 53 officiers sont blancs.

Le rapport sera officiellement dévoilé aujourd’hui, a indiqué une porte-parole du département de la justice. Les conclusions devraient amener a des changements au sein de la police. 

Marjolaine Margue

Écrit par mamaflo