La pastille verte : qu’est ce que change ?

La ministre de l’écologie, Ségolène Royal, a annoncé aujourd’hui la mise en place d’un certificat « qualité de l’air », qui donnera des avantages aux véhicules propres. Il sera instauré avant l’été.

 L’objectif est de faire disparaître tous les diesels datant d’avant 2005 non équipés de filtres à particules.

« C’est une question de santé publique. La France a fait une erreur en donnant la priorité au diesel », déclare la ministre de l’écologie, en soutenant la mairie de Paris qui veut interdire progressivement les véhicules les plus polluants.

Y aura-t-il des seuils de pollution ?
Pour les automobilistes, plusieurs certificats de couleurs différentes seront créés en fonction des seuils d’émissions polluantes des véhicules.

Quels avantages pour les automobilistes ?
Le principe est que l’obtention d’un certificat vert donne des avantages, comme le fait de pouvoir circuler en cas de circulation alternée.
La loi prévoit également que les collectivités pourront les autoriser à circuler dans les voies de bus ou bénéficier du stationnement gratuit.

Est-ce la première mesure de ce genre ?
Cette mesure avait déjà été mis en place entre 1998 et 2003 par Dominique Voynet, avec la pastille verte apposée derrière les pare-brises des véhicules les moins polluants, qui leur permettait de circuler les jours de très forte pollution. 
La mesure avait toutefois été abandonnée en 2003.

Par ailleurs, la ministre de l’écologie a annoncé l’attribution d’un bonus de 10 000 euros pour l’achat d’une voiture électrique en remplacement d’une vieille voiture diesel. Il sera mis en place en avril.

Lucas Arteaga

Écrit par malus