La loi Macron allège la fiscalité sur les actions gratuites

Les députés ont adopté, ce week-end, une disposition de la loi Macron afin d’alléger la fiscalité sur les actions gratuites.

Avec cette disposition le gouvernement marque une rupture. Depuis 2012, le recours aux actions gratuites et aux stocks options avaient diminué comme peau de chagrin puisque ces 2 dispositifs étaient fiscalisés.

La nouvelle loi, votée à la majorité devant l’Assemblée ce week end, permet désormais de réduire les cotisations patronales sur ce type d’action.

Le but d’un tel revirement est de combattre la délocalisation croissante des grandes entreprises mais aussi d’attirer des jeunes talents avec un assouplissement des bons de souscription d’actions pour les dirigeants d’entreprise, comme le souhaitaient les créateurs de start-up.

Ce dispositif permet aux salariés détenteurs d’actions gratuites d’être taxés sur les plus-values mobilières et non plus selon le barème des impôts sur le revenu. Nous nous rapprochons ainsi de nos voisins européens qui ont en général tous adopter ce modèle fiscal.

Certains parlementaires PS sont réticents car ils estiment que les dirigeants des grandes entreprises vont en profiter allègrement. Le front de gauche parle de « cheque au Medef. Le ministre de l’économie se justifie alors, en précisant que le dispositif  rémunérera toutes les entreprises peut importe leur taille. Le sort des stock-options toutefois restent un tabou pour la gauche.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                       Jordan Dos Santos

Écrit par jordaneliot