La jungle de Calais au coeur du débat des Régionales

Hier soir, sur Europe 1 et Itélé, Marine LePen (FN), Xavier Bertrand (LR) et Pierre de Saintignon se sont affrontés sur divers sujets et notamment sur la situation problématique de Calais où vivent plusieurs milliers de personnes dans ce qu’on appelle la « jungle » de Calais.

Après leur rendez-vous manqué sur France 3, Marine LePen, Xavier Bertrand et Pierre de Saintignon, tous trois candidats aux élections régionales dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie, se sont finalement affrontés lors d’un débat organisé par Europe1 et Itélé. Point central de leur débat : la situation des migrants à Calais.

A lire également : Marine LePen annule « Des paroles et des actes »

En effet, depuis plusieurs semaines, près de 6 000 personnes vivent dans des conditions précaires dans la jungle de Calais. Pour Marine Le Pen cette situation donne « une image dramatique » de cette région aujourd’hui désertée par les touristes. « Les hôteliers remplissent leurs chambres avec des policiers et des CRS, » argument-elle. Pour remédier à cette situation, la présidente du FN souhaite, si elle est élue, supprimer toutes les subventions aux associations qui viennent en aide aux migrants.

Le nombre [de migrants] a été multiplié par deux en trois semaines ! Arrêtons au moins de mettre en place les conditions d’incitation à venir s’installer.

À lire aussi : Cazeneuve dans la jungle de Calais

« Faire Venir l’armée à Calais »

Pour Xavier Bertrand, le problème vient aussi des Anglais, « le problème que l’on a, à Calais, c’est à cause des Anglais. Ils doivent prendre une part de ce fardeau. » Le maire de Saint-Quentin (Picardie) propose également de faire venir l’armée à Calais « pour sécuriser les lieux » et donc « assurer la sécurité des Calaisiens.»

 

 

De son côté Pierre de Saintignon a lui appelé à faire preuve d’humanité envers ces personnes qui font face à des problèmes inouïs. « L’humanité, c’est de les accueillir, comme nous avons accueilli les républicains espagnols sous Franco ou les boat people du Vietnam. Est-ce que la région a regretté de les avoir accueillis ? Bien sûr que non. »

Marjolaine Margue

Écrit par marjolaine.margue