Après le démarrage en douceur de la « grève générale et illimitée », les Guyanais sont appelés à défiler le 28 mars à Cayenne et à Saint-Laurent-du-Maroni pour affirmer leurs revendications.

                  « C’est la plus grosse manifestation jamais organisée en Guyane ».

En cette journée morte, la collectivité ultra-marine est appelée à défiler ce mardi dès 8 heures à Cayenne et à 8h30 à Saint-Laurent-du-Maroni, les deux principales villes de Guyane. Des barrages routiers ont été érigés aux abords des deux villes, mais il est possible de circuler. Les femmes sontinvitées à porter  un tissu noir sur la tête en solidarité avec « 500 frères », collectif qui apparaît cagoulé et vêtu des mêmes vêtements sombres à chacune de leurs actions. Des marches se tiendront en parallèle, à l’appel des militants du « Pou la Gwuyann dékolé » (pour que la Guyane décolle).

Une grève « générale et illimitée »

Cette journée morte intervient après le vote d’une « grève générale illimitée », par les 37 syndicats de l’Union des travailleurs guyanais (UTG). Ce week-end, la mobilisation était bien inférieure à celle des jours précédents. Après plusieurs jours de blocage – barrages routiers, vols annulés, établissements scolaires – les stations essence ont pu être ravitaillées et les commerces observaient une influence proche de la normale. La situation était devenue plus calme autour des barrages routiers. Une dizaine de manifestants bloquaient les routes contre une centaine ce week-end.

 

 

Un plan national d’investissement

« une délégation de ministres sera envoyée en fin de semaine »

Ce rassemblement est le moyen de clamer haut et fort la nécessité de mettre en place un plan national d’investissement afin de lutter contre la délinquance et l’insécurité. Par un communiqué de presse, Bernard Cazeneuve a affirmé la volonté du gouvernement « de poursuivre son engagement constant aux côtés des Guyanaises et des Guyanais pour construire l’avenir de la Guyane, notamment en matière de sécurité et de justice, d’éducation et de formation, de développement économique, d’approvisionnement énergétique, de santé et pour la reconnaissance des peuples autochtones ». Lundi, le chef du gouvernement a annoncé qu’« une délégation de ministres sera envoyée en fin de semaine » pour conclure les discussions engagées samedi dernier.

A.T

Écrit par Antoine Touron