La Cour des comptes dénonce une politique d’asile « mal maîtrisée »

Hier, la Cour des Comptes a rendu un rapport révélant les dépenses liées aux demandes d’asile. Elle craint que l’augmentation perpétuelle des fonds alloués à la prise en charge des demandeurs n’empiète sur l’aide sociale d’autres personnes dans le besoin.

La Cour des Comptes note une forte croissance des dépenses dans ce domaine. Elles s’élevaient à 690 millions d’euros en 2013 rien que pour l’hébergement et l’aide sociale des demandeurs d’asiles. Les coûts de santé et de scolarisation seraient « difficile à évaluer avec précision« . Plusieurs centaines de millions d’euros pour répondre à un nombre stable de demandeurs qui tourne autour de 65 000. Même si François Hollande s’est engagé à accueillir plus de 20 000 migrants venus du Proche et du Moyen-Orient avant la fin de l’année, le chiffre global ne devrait pas augmenter. Les trois quarts des demandeurs se voient refuser le statut de réfugié et ont ainsi l’obligation légale de rejoindre leur pays. La Cour révèle pourtant que 96% de ces demandeurs rejetés restent en France en occupant les logements sociaux.

Gustave Deghilage

Gustave Deghilage

La comptable de la République alarme pourtant vigoureusement le gouvernement de Manuel Valls sur les promesses concernant le logement de ces personnes qui fuient la guerre et la misère. Elle affirme que les moyens à disposition sont déjà exploités:

« l’engorgement des hébergements pour les demandeurs d’asile se répercute sur l’hébergement d’urgence de droit commun« . Selon elle, il faut entamer un processus « de création de places« .

La situation d’urgence pourrait amener à un « risque d’éviction » notamment des personnes sans abris. Une véritable concurrence entre ces deux parts de la population qui nécessitent toutes deux l’aide étatique. Les internautes et certains membres de la classe politique avaient déjà soulevé ce débat dès l’accélération de la crise migratoire.

 

 

A lire également: La Cour des Comptes estime qu’il faut accélérer les demandes d’asile

Écrit par clemenceforsans