La colère des gens du voyage : les incidents en Isère et en Savoie

Plusieurs dizaines de gens du voyage se sont soulevés hier à Moirans, en Isère, pour demander la sortie de prison de l’un des leurs pour assister à des obsèques. Dans le même temps, une mutinerie à la prison d’Aiton, en Savoie, a eu lieu en lien avec ces incidents. Dans la soirée, les choses sont rentrées dans l’ordre.

Plusieurs violences ont eu lieu à Moiran, dans l'Isère, causés par les gens du voyage. Crédit Twitter

Plusieurs violences ont eu lieu à Moiran, dans l’Isère, provoqués par les gens du voyage. Crédit Twitter

 

Même scénario qu’il y’a deux mois dans l’Oise avec le blocage de l’Autoroute A1. Hier, la ville de Moirans, en Isère, a été le théâtre d’incroyables violences provoquées par des gens du voyage. Voies SCNF coupées, voitures en feu, saccages, de mardi après-midi jusqu’en début de soirée.

Ils demandaient la sortie de prison de deux d’entre eux, pour qu’ils puissent assister, aujourd’hui aux obsèques du frère de l’un des détenus. Ce dernier a été tué samedi, dans un accident de la route après un cambriolage.

Une centaine de personnes armées de barre de fer sont venues bloquer la gare de Moirans, brûlant des voitures sur les voies de la SNCF et provoquant l’interruption de la circulation. Des habitants impuissants face à de scènes d’une extrême violence.

Sous le choc, Gérard Simonet, le maire de Moirans, use des mots forts pour décrire les scènes dont il a été témoin.

Des mutineries à Aiton

A une centaine de kilomètres de ces incidents, une mutinerie a éclaté dans la prison d’Aiton, en Savoie, où est détenu la personne dont les gens réclament la sortie. Une vingtaine de détenus ont mis le feu à leur coursive et détruit les serrures de leur cellule.

Hier soir, le calme était revenu à Moirans, même si la mère du jeune homme incarcéré a déjà prévenu que les violences reprendraient si la libération de son fils n’avait pas lieu.

 

A lire aussi: Une ville de l’Isère cible de la colère de gens du voyage 

Margot Maucuit

Écrit par margot.maucuit