La BCE : kézako ?

En pleine négociation avec ses homologues européens, Alexis Tsipras doit faire face à une nouvelle difficulté : la suppression du régime de faveur, jusqu’alors accordé aux banques grecques, par la BCE. Mais quel rôle joue réellement cette institution ?

Née au lendemain du traité de Maastrich, la Banque Centrale Européenne est implantée à Francfort. Sous la Présidence de Mario Draghi depuis 2011, cette institution a pour vocation la supervision de la politique économique de la zone euro, avec pour mission principale de contrôler l’inflation. Pour se faire, elle fixe les taux directeurs de change, se doit de maintenir le pouvoir d’achat des pays membres de la zone, en contrôlant la stabilité des prix.

© Facebook BCE / Mario Draghi

© Facebook BCE / Mario Draghi

Cette banque centrale a la main mise sur la politique monétaire des pays. C’est à elle que revient l’entière émission des pièces et des billets dans la monnaie unique. Indépendante de tout pouvoir politique, elle se doit de contrôler l’activité des principales banques, ainsi que des banques privées de l’Union européenne.

La BCE répartie ses 11 milliards d’euros de capital entre les banques centrales des pays membres de l’Union, avec pour principal actionnaire la Bundesbank d’Allemagne.

Depuis septembre dernier, la BCE a décidé de faire tomber ses taux directeurs à des taux très bas, 0,050%, afin de booster l’économie des pays membres. Le but ? Tenter d’endiguer la crise économique qui persiste en Europe.

À lire aussi : La BCE, sauveuse de l’économie européenne

Depuis la décision de la BCE de priver la Grèce d’une importante source de financement, la Bourse d’Athènes s’est effondrée. Elle enregistrait dès ce matin une baisse de plus de 9%.

Chloé Le Ribaut

Écrit par tinachloe