Au mois d’octobre, le nombre de demandeurs d’emploi a baissé de 0,3%. Une diminuation qui devrait accélérer la présentation de François Hollande à la présidentielle.

Photo: Pôle emploi

Photo: Pôle emploi

Myriam El Khomri, la ministre du Travail, ne manque pas d’afficher sa satisfaction :

De plus, le nombre de demandeurs d’emploi en France devrait continuer à « baisser modérément » jusqu’à la fin de l’année (-0,1 point) selon l’Insee, pour atteindre 9,5% de la population active en métropole et 9,8% outre-mer compris.

Cette tendance favorable est la conséquence de la reprise des créations d’emploi et surtout de l’emploi salarié marchand qui, selon l’Insee, a augmenté pour le sixième trimestre consécutif. Ce sont des mesures que François Hollande avait prises au début de son mandat.

Depuis 2012, par cinq fois, le chef de l’Etat a lié sa candidature à une baisse du chômage. Une promesse d’abord prise pour l’année 2013, puis repoussée, le 18 avril 2014, à 2016. Ce jour-là, à Clermont-Ferrand, il déclare: «Je n’ai aucune raison d’être candidat ou aucune chance d’être réélu si le chômage ne baisse pas d’ici à 2017.»

Mais pour certains, ce résultat est loin d’étre suffisant :

C’est donc un pari à moitié réussi pour François Hollande à trois semaines de se présenter pour la primaire socialiste pour la course à l’Elysée.

Audrey Saint-Georges

Écrit par Audrey Saint Georges