L’ entraîneur du FC Séville atteint d’un cancer

Le club de foot Espagnol FC Séville a confirmé en fin de matinée que son entraîneur Eduardo Berrizio était atteint d’un cancer de la prostate.

Révélée par le magazine Espagnol El Larguero hier soir, l’annonce de la maladie de l’entraîneur du FC Séville a été officialisée dans un communiqué de presse officiel du club : « Les services médicaux de Séville FC signalent qu’un adénocarcinome (une tumeur maligne) de la prostate a été diagnostiqué à Eduardo Berizzo, l’entraîneur de l’équipe première. Les futurs examens permettront de décider des étapes à suivre concernant le traitement. Le FC Séville tient à apporter au maximum son soutien à son entraîneur dans ces moments et lui souhaite de récupérer rapidement ». Le peuple espagnol a également manifesté un grand soutien à l’entraîneur notamment sur les réseaux sociaux  avec le #FuerzaBerizzo ( soit  » force Berrizzo »).

Une mauvaise nouvelle qui n’a pas empêché l’égalisation de l’équipe hier soir 

L’entraîneur aurait annoncé la nouvelle à son équipe lors de la mi-temps de son match nul contre Liverpool hier soir ( 3-3). Une douche froide pour le club qui a tout de même réussi à faire face à son adversaire dans cette deuxième partie du match. Le joueur Ever Banega a souligné en fin de match  le bel esprit de l’équipe andalouse « Nous devions revenir sur le terrain avec une autre attitude, pour les supporter et pour l’entraîneur » . Cette remontée dans les scores assure  ainsi à l’équipe une chance de préserver sa place en huitième de final de la Ligue des Champions.

Surnommé également « Toto », Eduardo Berzio, ancien joueur de Marseille et  ancien entraîneur du Celta Vigo ( club galicien) de 2014 à 2017 ne s’est pas prononcé pour l’instant sur son avenir au sein de l’équipe. De plus, le football Espagnol avait déjà été confronté par le passé à un entraîneur de première division atteint d’une importante maladie. Entraîneur du FC Barcelone entre 2012 et 2013, Tito Vilanova s’est battu contre un cancer des glandes salivaires qui l’avait poussé à prendre ses distance avec le terrain.

Anastasia Wolfstirn

Écrit par IEJ3B

Laisser un commentaire