« Jihadi John » : qui est le bourreau de l’EI ?

L’armée américaine a mené jeudi un raid aérien en Syrie visant à éliminer le bourreau de l’Etat Islamique Mohamed Emwazi. Celui que l’on surnomme « Jihadi John » était une priorité pour les Etats-Unis depuis plusieurs mois. Mais qui est vraiment ce « Jihadi John » ?

 

C’est le porte parole du Pentagone qui a annoncé la nouvelle dans la nuit de jeudi à vendredi, précisant cependant qu’il ne savait pas encore si Mohamed Emwazi avait été tué. Toujours selon des informations américaines, l’attaque aurait été effectuée par un drone, la cible aurait été repérée depuis plusieurs jours à Raqa.

 

« Jihadi John » était l’incarnation de la cruauté de l’état islamique. Cette caractéristique il l’a doit notamment aux nombreuses exécutions filmées qu’il a effectuées. Sa première apparition date d’Aout 2014 et une vidéo intitulée « Message à l’Amérique » qui a fait le tour du monde. Dans celle-ci, Mohamed Emwazi montrait la décapitation de James Foley, un journaliste indépendant. Deux semaines plus tard, « Jihadi John » récidive et tue encore de ses mains un américain il s’agit cette fois de Steven Sotloff. La liste ne s’arrête pas là pour Emwazi il apparaitra ensuite dans les vidéos d’exécutions du travailleur humanitaire britannique David Haines, du chauffeur de taxi de Manchester Alan Henning, de l’Américain Peter Kassig, et des otages japonais Haruna Yukawa puis Kenji Goto.

A lire aussi : Qui est « Jihadi John » ? – 20minutes

Avant de devenir « Jihadi John », Mohamed Emwazi,  un programmeur informatique de Londres, est né au Koweït en 1988 d’une famille apatride d’origine irakienne. Ses parents avaient déménagé en Grande-Bretagne en 1993, après avoir perdu tout espoir d’obtenir la nationalité koweïtienne. Ses connaissances, le décrivent comme un jeune homme « sans problèmes », passionné de football et de jeux vidéos.

A l’inverse, après sa radicalisation ceux qui ont croisé sa route le décrivent comme un tueur « froid, sadique et impitoyable ».

 

Dorian Droulez

Écrit par Doriandroulez