« Jeu de l’aérosol », « jeu du foulard »… les défis mortels des adolescents

Une adolescente de 15 ans est morte le 22 février dernier dans le Var. Les analyses toxicologiques ont révélé aujourd’hui la cause de la mort: l’inhalation de déodorant. Cette pratique, aussi appelé « jeu de l’aérosol » est sensée provoquer une sensation d’euphorie.

La jeune fille a été victime d’une crise d’épilepsie alors qu’elle jouait au "jeu de l'aérosol".

La jeune fille a été victime d’une crise d’épilepsie alors qu’elle jouait au « jeu de l’aérosol ». Source: commons

 

La jeune fille a été victime d’une crise d’épilepsie alors qu’elle jouait à ce jeu avec une amie. Ce n’est pas la première fois que le « jeu de l’aérosol » fait une victime. En novembre 2014, un enfant de 11 ans était mort dans le parking d’un supermarché à Nice après avoir inhalé du déodorant.

Lire aussi: Le jeu de l’aérosol fait une victime à Hyères

Les adolescents sont connus pour s’adonner à des jeux dangereux. Retour sur les plus célèbres.

 La « Neknomination » :

Ce jeu consiste à se filmer en train de boire le plus de boissons alcoolisées et ensuite de publier la vidéo sur les réseaux sociaux. Le participant doit alors nommer trois autres personnes qui relèverons le défi à leur tour.

Lire aussi: La neknomination, c’est pas du jeu

La neknomination s’est popularisé en 2013 quand une star du rugby anglais, Ross Samson a posté une vidéo sur Facebook ou il lance ce défi à certains de ses amis.
Ce jeu a aujourd’hui fait cinq morts dans le monde.

 Le jeu du foulard :

Il est le plus ancien mais aussi le plus meurtrier.
Il consiste à obtenir une hyperventilation grâce à quelques flexions rapides des jambes et de grandes inspirations suivies d’un blocage de la respiration avec une pression sur les carotides ou même d’une forte compression du sternum. Ce geste produit alors un évanouissement précédé d’hallucinations.
Les accidents liés à cette pratique ont débuté en 1950. Depuis les années 2000 l’Association de Parents d’Enfants Accidentés par Strangulation (APEAS) recense en moyenne une dizaine de morts chaque année en France.

 

 

Essia Lakhoua

Écrit par essianthony