Jérôme Jarre, de YouTubeur à philanthrope connecté

CEUX QUI ONT MARQUE 2017. La star des vidéos humoristiques publiées sur les réseaux s’est engagé cette année corps et âme dans différentes causes humanitaires, de la Somalie à la Birmanie.

« Je suis venu avec la Love Army (…) elle a eu une idée extraordinaire (…) on va solliciter le monde entier, toutes les enseignes possibles qui ont envie de faire quelques choses pour eux (…) soyez avec nous !«  C’est ainsi que le célèbre acteur Omar Sy a rejoint la Love Army créée par Jérôme Jarre, afin de mobiliser sur la situation des Rohingyas en Birmanie.

Jérôme Jarre ? Oui, le même qui totalise des millions de fans sur Vine, Snapchat et YouTube, pour ses vidéos humoristiques.

Derrière le jeune homme charismatique de 27 ans se cache un parcours étonnant. Enfant, il déménage tous les deux ans, de ville en ville. Complexé, il n’est pas bien dans sa peau durant l’adolescence. Jusqu’ici rien d’exceptionnel. Sa vie bascule le jour où il met fin à ses études de commerce à Bordeaux pour partir en Chine. C’est là qu’il fait la rencontre décisive de Chris Carmichael, qui lui enseigne l’anglais et lui apprend à vivre au jour le jour.

« Si j’avais 99 ans et que j’étais sur mon lit de mort, mais que je pouvais revenir à cet instant exact, que ferais-je ? Telle est la question que se pose la star aux cheveux châtains lorsque des choix capitaux s’imposent à lui. Cette phrase a tout changé pour moi” conclut-il.

A Nex York, il devient une star de Vine, réseau de partage de vidéos de 6 secondes, où il comptabilise plus de 8,6 millions d’abonnés. Il filme ensuite ses journées sur Snapchat. Yeux verts, peau de bébé, son physique est aujourd’hui à son avantage. Il déborde d’assurance. Le magazine américain Adweek a estimé la valeur d’un Vine de Jérôme Jarre à 25.000 dollars, une photo Snapchat à 35.000 dollars.

Souriant et drôle, il séduit d’abord un public majoritairement adolescent, puis avec sa notoriété croissante, les entreprises suivent. En 2014, le grand gaillard a même décliné une offre de campagne publicitaire d’un an à New York contre 1 million de dollars, tout en filmant l’entretien. Il poste la vidéo sur YouTube.

En septembre 2015, malgré quelques publications sur YouTube, il ne semble pas faire sien la plateforme de vidéos. Pour autant, il demeure star du web, multiplie les plateaux télé… Jusqu’à une sorte d’épiphanie. J’ai réalisé que la vie doit être vécue complètement, et que l’on doit sortir de sa zone de confort en se donnant des défis tous les jours”, explique-t-il dans l’une de ses vidéos.

Après qu’un de ses contact dans l’humanitaire lui ai parlé de la famine qui ravageait la Somalie et qui semblait être oubliée des médias, lui est venu l’idée de lancer cet incroyable pari : mobiliser ses réseaux sociaux pour interpeller l’opinion publique et envoyer des vivres. Il publie alors une vidéo dans laquelle il s’indigne : « C’est vraiment scandaleux, que les médias soit en parlent à peine, soit quand ils en parlent nous donnent l’impression qu’ont ne peux rien y faire pour être complètement fatalistes et on se sent minables en lisant ces informations (…) la réalité c’est qu’on peut se mobiliser, on peut chercher des solutions, on peut essayer, surtout avec les réseaux sociaux.« 


Il lance alors le hashtag #TurkishAirlinesHelpSomalia, dans lequel il interpelle la compagnie aérienne, seule à se rendre en Somalie. Un concept utopique à première vue, mais qui en quelques jours devient viral et permet d’affréter des avions emplis de nourriture. Un geste qu’il considère comme naturel, il le dit lui-même « Si vous êtes un influenceur, ou un journaliste, c’est votre responsabilité de faire passer le message. »

Sa première mission étant un succès, il décide d’utiliser de nouveau son statut pour aider à une autre cause : le massacre des Rohingyas en Birmanie. Il crée alors la Love Army, avec le but de médiatiser et mobiliser les gens autour de la cause des réfugiés.

« Vous n’avez pas idée des histoires qu’on a pu entendre ici, de ces survivants du génocide qui à lieu en Birmanie, ils ont vécus l’enfer (…) on est venus ici en groupe pour essayer de les écouter (…) et si on donnait toutes nos voix aux Rohingyas ont appellerait ça #LoveArmyForRohingya.« 

Accompagné de grandes célébrités comme Omar Sy, de nombreuses vidéos ont été diffusées, allant jusqu’à interpeller le président Recep Tayyip Erdogan, qui a d’ailleurs répondu : « Cher Jérôme Jarre, nous ne refusons jamais une demande d’aide – peu importe où sont les gens dans le besoin. Nous allons soutenir les efforts fournis par #LoveArmyForRohingya avec nos agences d’aide humanitaire.« 

Actuellement, Jérôme Jarre est dans les camps de réfugiés et continue de récolter des dons sur la cagnotte en ligneRaphaël Pitti, médecin anesthésiste et membre de l’UOSSM, décrit les camps de réfugiés comme des “bidonvilles” sur France 24, estimant que : « Beaucoup d’ONG sont sur le terrain, essaient d’apporter leur aide, mais il faut des moyens plus conséquents (…) tout ce que vous pouvez imaginer, ils l’ont vécu.

Et c’est exactement ce qu’entend réunir Jérôme Jarre.

Najeth Feredj, Victor Schegin

Écrit par IEJ3A