Janane Boudili, la girl next door des écrans

CEUX QUI VONT MARQUER 2018. Janane Boudili est la chroniqueuse mode de l’émission « Je t’aime etc. ». Mais la jeune femme a aussi une corde numérique à son arc.

Janane Boudili, c’est la bonne copine ! Joyeuse, bout-en-train, avec un physique de fille next-door. On l’imagine rencontrer belle-maman tout en buvant des bières en canette.

Celle qui anime les après-midi de France 2 arbore quotidiennement des tenues plus mode les unes que les autres : salopettes, pull XXL, sweats à messages… Elle est toujours à la pointe. Et le partage. Elle prodigue quotidiennement ses conseils en matière de style dans ses chroniques, dans l’émission « Je t’aime etc. », en proposant plusieurs looks s’adaptant au budget et à la morphologie des téléspectatrices.

Une fidélité sans faille

Pour cette mère de deux petites filles, la famille, le travail et l’amitié sont des valeurs essentielles. Celle pour qui la méritocratie est une philosophie de vie, proclame aussi la fidélité en aspect fondamental de sa personnalité.

La trentenaire évoque son amitié depuis plus de vingt ans avec « sa petite bande de Trappes » : Issa Doumbia, Alban Ivanov, Grand Corps Malade, Omar Sy, Nicolas Anelka… Son amie Sabrina Ouazani, comédienne, parle de Janane Boudili comme d’une « soeur ». « Je suis très fidèle et je pense que c’est essentiel », résume la chroniqueuse.

Fidèle, elle l’est aussi envers sa famille à la télévision. Cela fait 10 ans que la jeune femme est restée vouée à France Télévisions, et plus particulièrement à France 2, en dépit des nombreuses sollicitations d’autres chaînes.

« Je fais partie de cette minorité visible »

Née à St Cyr-l’Ecole, dans les Yvelines, cette fille d’immigrés marocains a rapidement développée une passion pour la danse classique et le théâtre dans la ville où elle grandit, Trappes.

A l’âge de 10 ans, son ami d’enfance, l’acteur et humoriste Issa Doumbia, l’incite à commencer l’improvisation dans une troupe. Le tout mené par celui qui « l’a sortie de la merde » comme elle le dit, Alain Degois – qui a également formé Jamel Debouze.

Par la suite, la jeune femme part à Montréal, pour étudier la mode. Diplômée, elle revient à Paris et devient agent commerciale, quand ses amis d’enfance la pousse à passer des castings. La jeune femme entame alors une traversée du désert. Jusqu’au jour où elle participe à une émission diffusée sur la TNT, Wesh, avant d’être repérée et de participer à la web émission Canal Street. « J’étais vouée a être comédienne », explique Janane.

Quand on lui propose de passer un casting parmi 250 candidates pour le poste de chroniqueuse dans une émission diffusé sur France 2, Comment Ça Va Bien, elle tente le coup. Elle prétend alors être une fan de yoga. On lui dit qu’elle dégage une image trop lisse, trop parfaite. La jeune femme revient le jour suivant en jogging et sans maquillage. C’est ainsi qu’elle décroche sa place de chroniqueuse beauté.

« Il faut oser ! » déclare la jeune femme. Avant de souligner : « Je reste une minorité visible aujourd’hui à la télévision. »

Une business-woman

 

THANKS to Coralie Masson for these shoes 😉

Une publication partagée par Janane Boudili 🎈 (@jananeboudili) le

Celle qui ne dort que quatre heures par nuit mène aujourd’hui plusieurs activés de front : sa carrière à la télévision, sa famille mais aussi sa chaîne « En Vrac« , diffusée sur YouTube et produit par sa propre société, Soeurettes Production, où elle invite blogueurs et influenceurs à parler de tout, sans tabou.

L’importance du digital est primordiale : « Instagram, c’est devenu mon outil de boulot ! » explique la jeune femme. Cette jeune entrepreneuse a réussi à transformer son carnet d’adresses et à exploiter tout le potentiel du réseau social. Elle est devenue, en quelques années, une « influenceuse » en matière de mode. Les marques la sponsorisent pour qu’elle porte leurs vêtements, devant une audience de plus de 52.300 fans.

Janane Boudili prend également position, notamment sur des sujets comme l’arrêt de la pilule contraceptive ou les méfaits du lait en poudre pour les enfants. Enora Malgré, chroniqueuse et animatrice, dit de son amie qu’elle est spontanée, entière et vraie.

Karen Harlé

 

L’interview tac au tac

Votre icône mode ? « Ma mère dans les années 1980 »

Votre lieu de prédilection ? « La chambre des mes filles »

Votre mantra ? « Le partage »

Votre émission préférée ? « Les documentaires sur Arte »

Plutôt mode ou beauté ? « Mode »

Votre tendance préféré du moment ? « Le pull XXL »

Votre fashion faux pas ? « Les sabots »

Un truc qui vous révolte ? « L’injustice »

Votre actu 2018 ? « Une émission, un film et un projet de spectacle… »

Écrit par Karen Harle