Jacqueline Sauvage, la grâce et l’opinion

Dimanche soir François Hollande a accordé la grâce partielle à Jacqueline Sauvage. C’est la mobilisation de l’opinion publique et des politiques, notamment sur les réseaux sociaux, qui ont influencé le geste du président. 

Le président aura finalement donné raison à la voix du peuple. Et pour cause.. Cette femme, condamnée à 10 ans de prison pour le meurtre de son mari violent et incestueux durant 47 ans, a soulevé un mouvement de foule. Twitter, Facebook, lettres ouvertes, mais encore manifestations, ce sont principalement des femmes, des groupes ou des associations féministes, qui ont soutenu les 3 filles de la détenue pour que celle-ci retrouve la liberté.

Sans cette mobilisation, Jacqueline Sauvage n’aurait peut-être jamais bénéficié de cette grâce partielle de la part de notre président. Tout commence avec une pétition qui réunissait déjà 80.000 signatures lors de la première manifestation à la mi-décembre à Paris. Près de 1000 personnes confirmaient aussi leur présence pour cet événement sur la plateforme sociale. Une autre manifestation a eu lieu samedi qui a rassemblé entre 100 et 200 personnes, toujours portées par l’espoir de la libération de Jacqueline Sauvage.

Mais c’est surtout la pétition qui fera la différence. Lancée il y a 2 mois sur Change.org, elle a collecté près de 312.000 signatures. Parmi elles, l’on retrouve la présence de célébrités, de politiques, dont 83 parlementaires comme François Fillon, Anne Hidalgo, Nathalie Baye ou Eva Darlan.

Une chose est sûre, cette grâce partielle n’aurait pu être accordée sans cette mobilisation médiatique. Cette dernière a eu pour moteur les réseaux sociaux. Chaque événements ont été orchestrés par twitter et Facebook, la pétition était aussi sur Internet. Cette affaire démontre bien le pouvoir exercé par le peuple grâce à ce 6 ème pouvoir.

 

Mélissa Ruart

Écrit par Melissa Ruart