Depuis dimanche soir, les intermittents du spectacle, rejoints par des étudiants et des membres du mouvement Nuit Debout, occupent le théâtre parisien de l’Odéon pour protester contre les négociations sur l’assurance chômage.

La semaine est décisive pour les intermittents. C’est aujourd’hui que la dernière séance de négociation sur le régime spécifique d’assurance chômage a lieu en vue d’un accord dont les conditions devront être transmises jeudi à l’Unedic. Après avoir occupé les théâtres de plusieurs agglomérations (Bordeaux, Toulouse, Montpellier, Caen…), les intermittents ont choisi le théâtre de l’Odéon à Paris, lieu public et symbolique de la culture, pour dénoncer la façon dont se déroule actuellement les négociations d’assurance chômage et réclamer une refonte de l’assurance chômage. « On y va pour trouver un accord et il y a une chance sur deux pour qu’on y arrive. Mais si on ne parvient pas à un accord, ça va mobiliser c’est sûr » annonçait le secrétaire général de la CGT Spectacle Denis Gravouil.

Dans un communiqué, La Coordination des Intermittents et Précaires (CIP) explique les raisons de leur rassemblement « Les négociations de l’Unedic prévoient de priver les chômeurs, précaires et intermittents de 800 millions d’euros, alors même que la majorité d’entre eux ne sont pas indemnisés. Ces coupes budgétaires brutales sont préconisées par le gouvernement. Et la plupart des partenaires « sociaux », Medef en tête, avalisent déjà cette orientation catastrophique. »

Les occupants du théâtre de l’Odéon ont organisé une Assemblée Générale ce matin et prévoient de continuer leur action jusqu’à demain mardi 26 avril. La CGT du Spectacle et la CIP appellent à un autre rassemblement à 17h devant le Ministère du Travail où aura lieu jusqu’à ce soir la négociation interne à la profession.

Un autre rassemblement doit se tenir jeudi à 13h devant le Medef qui héberge les discussions de la convention chômage.

Écrit par Estelle Gousson