Interdire le tabac sur grand écran, le monde du cinéma s’enflamme

Jeudi 16 novembre dernier, Agnès Buzyn a déclaré de pas comprendre  » l’importance de la cigarette dans le cinéma français « , et a évoqué plus tard qu’une action ferme sera proposée dans les mois prochains. Une déclaration qui a révolté la sphère du cinéma français, prônant la liberté de création et d’imagination.

La ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, s’est exprimée face à la représentation du tabagisme dans les films français. Lors d’une réunion au Sénat jeudi dernier, elle a affirmé son mécontentement face à ce qu’elle considère comme une incitation de fumer. 

 » Je ne comprends pas l’importance de la cigarette dans le cinéma français. Il se trouve que j’en ai parlé au conseil des ministres ce matin à Françoise Nyssen [ministre de la Culture] pour l’alerter. Il y aura des mesures en ce sens. « 

La lutte contre le tabac se prend les pieds dans le tapis 

Le  » mois sans tabac  » déjà bien entamé, voici que la polémique autour de la cigarette sur grand écran se consume de jour en jour. Mais qu’est ce qui dérange réellement ? L’annonce de la ministre de la Santé avait pour objectif de  » dénormaliser l’image du tabac dans la société « , or malheureusement, dans le milieu artistique, la bouffée ne passe pas. Comment conserver le patrimoine français dans son essence cinématographique, si on retire ce qui a fait du cinéma ce qu’il est aujourd’hui ? Devons nous retirer le cigarillo de la bouche de Jean-Paul Belmondo ? Ou encore la cigarette de Audrey Hepburn dans Diamants sur Canapé, qui appuie le chic et la sensualité résumé en ce mouvement de main ?

Pour  Adrien Gombeaud, auteur de  » Tabac et cinéma, Histoire d’un mythe « , retirer l’action de fumer sur les pellicules enlèverait une touche charme du cinéma français, si précieuse pour les réalisateurs de toutes époques.

 » Si le gouvernement envisageait bel et bien de prendre des mesures drastiques, ce serait retirer au cinéma l’un de ses accessoires préférés. Un artifice qui permet au réalisateur de filmer du mouvement, celui de la fumée, lorsque le personnage est immobile « 

Un accessoire supprimé qui trahirait l’Histoire 

Si l’on dresse un état des lieux des biopic (film biographiques) les plus connus de l’Histoire du cinéma, il serait difficile d’envisager ces long-métrages sans aucune scène de tabagisme. Que deviendrait l’histoire de Coco Chanel sans ce porte-cigarette au bout de ses gants noirs, ou encore la vie de Serge Gainsbourg sans celle qu’il appelait  » la femme de sa vie « , sa fameuse « clope » ? Pour se rendre compte de l’importance de cet accessoire dans le récit d’une vie, voici une petite compilation de scènes cultes tirées de film biographiques, qui ne sauraient se passer de la cigarette.

Walk The Line (2005), Biopic du chanteur Johnny Cash

Gainsbourg, vie héroïque (2010), biopic de Serge Gainsbourg

Coco avant Chanel (2009), biopic de Coco Chanel Coco avant Chanel (2009), biopic de Coco Chanel (ndlr : l’affiche du film Coco Chanel avait notamment été interdite à l’affichage public, victime de la loi Evin.)

Frédéric Goldsmith, délégué général de l’Union des producteurs de cinéma (UPC), à déclaré à l’AFP qu’un film  » n’est pas là pour refléter la société telle que l’Etat voudrait qu’elle soit  » et que la lutte contre le tabagisme ne peut pas « passer par une atteinte à la liberté de création ».

Sur la plateforme Twitter, les cinéphiles n’ont pas tarder à témoigner de leur mécontentement. Pas question de promouvoir la bienséance dans les films français, pour le camps adverse, la valeur ajoutée du cinéma réside justement dans les vices propres à l’être humain, et la cigarette en fait partie.

 

Agnès Buzyn a déclaré ce mardi sur Twitter, qu’elle n’avait jamais évoqué clairement le souhait d’interdire la cigarette au cinéma, cependant elle souhaite prendre des mesures, mais pas de manière imminente.

Stacie Arena

Écrit par Stacie Arena