Insectement vôtre

Depuis 2011, les insectes font partie du régime alimentaire de Florian Nock. À 28 ans, ce passionné de l’environnement et de la gastronomie a décidé d’allier ses deux passions en se lançant dans l’entomophagie.

Les insectes, il en a fait sa spécialité. Désormais ces petites bêtes ont pris la place de la viande dans les repas de ce strasbourgeois : « Je consomme uniquement des insectes. Mon régime alimentaire se rapproche plus de celui des végétariens ». Ce consommateur aguerri aime faire découvrir sa passion.

© Florian Nock

© Florian Nock

C’est lors de soirées entre amis qu’il tente le pari presque impossible: celui de faire aimer à ses convives ses recettes hors du commun. Une opération séduction réussie puisqu’en général, ils apprécient : « Les lentilles corail avec du lait de coco et des criquets, ils adorent ! ». Et pour une initiation tout en douceur, Florian mise sur l’apéritif. Le moment idéal selon lui pour faire de nouveaux adeptes :  « Les invités sont intrigués et prêts à faire de nouvelles découvertes. Mon but est de leur faire passer un bon moment. »

Mais les insectes, Florian ne se contente pas uniquement de les manger. Il les élève. Tout a commencé dans sa chambre avec une simple boîte et quelques bestioles. Depuis 2012, il possède même son propre projet d’élevage de vers de farine, financé par la région Alsace. Ses petites bêtes, Florian en prend soin. Tous les jours, il les nourrit avec de la farine bio et des épluchures de carottes. Ne pouvant pas encore subvenir à tous ses besoins, ce diplômé en Master de sciences de l’environnement reste un consommateur comme les autres. « Lorsque l’envie m’en prend, j’achète des grillons et des criquets sur internet. Pour ne pas me lasser, j’essaye de varier », plaisante-t-il.

Une pratique peu commune qui lui a valu quelques critiques. Lors d’un repas, une amie lui a reproché de tuer des insectes. Un comble pour celle qui terminait alors une assiette de foie gras : « Les insectes sont tués de manière respectable, ce n’est donc pas comparable avec le gavage des oies »,  s’emporte-t-il. Et pour faire évoluer ces mentalités, le jeune entomophage s’est lancé dans la création d’un blog dans lequel il partage son parcours, ses idées et ses recettes. De quoi tous (peut-être) vous faire tomber comme des mouches.

Mathilde Poulain & Cyndelina Arnous

À lire aussi dans ce dossier : 

Quand les insectes s’invitent dans l’assiette

L’entomophagie : est-ce bon pour la santé ?

Jimini’s, la nouvelle façon de recevoir

Ça croustille à Paris !

Écrit par Solène Quillot