Macabre découverte hier dans le sud de la Gironde. Le corps de cinq nourrissons, dont quatre congélés et un nouveau-né retrouvé inanimé dans un sac isotherme, ont été retrouvés dans le domicile d’une famille tranquille du petit village de 700 habitants de Louchats. La gendarmerie a été saisi et une enquête est en cours. Le père a été placé en garde à vue. La mère est hospitalisée en état de choc.
©LeParisien.fr

La commune de Louchats est située à 50km au sud de Bordeaux ©LeParisien.fr

Cette affaire n’est pas sans rappeler l’affaire Courjault qui a secouée un village d’Indre-et-Loire en 2006. Jean-Louis Courjault, ingénieur expatrié à Séoul, en Corée du Sud, avait découvert les corps de deux nouveaux-nés dans son congélateur. Sa femme, Véronique, écrouée le 12 octobre suivant à Tours, avait alors avoué un autre infanticide, en 1999, en Charente-Maritime. Elle a été condamnée à huit ans d’emprisonnement pour les trois homicides en juin 2009 et a obtenu une liberté conditionnelle en mai 2010. L’affaire avait mis en lumière un phénomène jusqu’alors peu connu du grand public: le déni de grossesse.

Mais si les faits sont avérés, il s’agit de la plus grave affaire d’infanticide en France depuis cinq ans. Il y a cinq ans d’ailleurs, Dominique Cottrez, une aide-soignante avait engendré la mort de huit bébés à Villers-au-Tertre (Nord). La femme qui affirme avoir agi parce qu’elle était persuadée que ses enfants étaient nés d’un inceste dont elle avait été victime attend, en liberté, d’être rejugée, la chambre criminelle de la Cour de cassation ayant annulé son renvoi devant une Cour d’assises.

Pour l’heure dans cette nouvelle affaire d’infanticide, la femme, mère de deux adolescentes subit des examens psychologiques et gynécologiques avant d’être placé en garde à vue. Une autopsie sera faite au courant de la journée pour déterminer dans quelles conditions les bébés sont nés et surtout s’ils sont nés viable. Par ailleurs, des prélèvements ADN sont en train d’être effectuées pour déterminer s’il y a un lien avec la mère et si ces bébés décédés sont frères et soeurs.

Angèle Sebahakwa

Écrit par angeleeleonore