Indemnisation des salariés cyclistes: une raison de plus pour polluer moins

Les salariés venant au travail à vélo poseraient moins de congés et seraient moins exposés au cancer selon un rapport remis au Ministère des transports ce mercredi. C’est pourquoi un « grand plan vélo » devrait être mis en place en 2018 pour inciter les Français à utiliser le vélo, seulement pratiqué par 3% des salariés de l’Hexagone. 

Polluer moins devrait rapporter plus. C’est en effet le projet d’Elisabeth Borne, Ministre des transports, pour l’année 2018. Afin d’encourager les salariés français à prendre le vélo comme une alternative crédible pour se déplacer au travail. Aujourd’hui, 75% des travailleurs utilisent leurs véhicules pour des trajets inférieurs à 5km. L’idée serait d’indemniser ces salariés cyclistes, ce qui permettrait de faire faire des économies colossales (21 millions d’euros) à la Sécurité sociales. Près de 37 millions d’euros supplémentaires seraient économisés par l’État en matière de gestion des impacts de la voiture.

Ces employés cyclistes pourraient bénéficier d’un remboursement à hauteur de 20 à 35 euros par mois, tout comme ceux utilisant les transports en commun.

Les entreprises ne sont que très peu à utiliser ce système d’indemnisation à l’heure actuelle. On compte seulement 85 sociétés telles que Décathlon ou RTE qui proposent ce système de remboursement à leurs employés. Si cette pratique venait à se généraliser comme le souhaite le gouvernement, cela permettrait logiquement d’augmenter fortement la logique cycliste en France. Ce plan prévoit que d’ici 5 ans, cette pratique soit doubler pour atteindre environ 1,5 millions de salariés cyclistes.

Cependant un problème persiste : les cyclistes ressentent à une très grande majorité une insécurité certaine à vélo. De plus, les vols fréquents persistent et 90% des usagers actuels jugent qu’il est difficile voir dangereux de se déplacer en vélo, notamment dans les grandes villes.

Ce projet de loi est alléchant sur le papier mais le Ministère des Transports, et Elisabeth Borne, devront être convaincants pour changer la donne et permettre une réduction évidente de la pollution en France.

Léonard Tordjman

 

 

Écrit par IEJ3A