Honduras : l’opposition conteste le résultat de la présidentielle

Dimanche soir, le Tribunal suprême électoral du Honduras a déclaré le président sortant de droite, Juan Orlando Hernandez, vainqueur de l’élection présidentielle . Après 21 jours de recompte des votes, Salvador Nasralla le perdant avec 41,24 %, fait appel à la population pour contester ce résultat.

« Le président élu de la République du Honduras pour les quatre prochaines années est Juan Orlando Hernández Alvarado » avec 42,95 % des voix, a indiqué dimanche soir le Tribunal suprême électoral hondurien. Une annonce qui clôt 21 jours de recompte des voix. Dans ce laps de temps, le pays a subi de fortes manifestations qui ont poussé le gouvernement à décréter l’état d’urgence le 2 décembre dernier.

Le socialiste Salvador Nasralla, ancienne vedette de télévision du pays, a été déclaré perdant de cette présidentielle avec 41,24% des voix. Il a dès la première annonce du résultat appelé le peuple à manifester. L’opposition accuse l’actuel gouvernement de fraude et de corruption. Très actif sur sa page Facebook, Salvador Nasralla a encore une fois appelé tout le pays à se rassembler pour contester le résultat. « La lutte continue et continuera » a-t-il annoncé depuis l’aéroport de Miami, avant de prendre un avion pour assister à une réunion organisée par l’Organisation des Etats d’Amérique (OEA) à Washington. Car il n’y a pas que l’opposition qui conteste le résultat, l’OEA accuse aussi le gouvernement actuel de fraude et demande sa destitution.

Un opposition de plus en plus présente

L’ancien président de la République du pays, Manuel Zelaya, a lui aussi rallié le mouvement d’opposition et a même appelé les forces de l’ordre à stopper les violences à l’encontre des manifestants. Ces manifestations ont d’ailleurs plongé le Honduras dans la répression, qui a fait trois victimes selon les autorités. Amnesty International, qui a publié un rapport sur les agissements du gouvernement vis-à-vis des mouvements d’opposition, avance même le chiffre de 14 morts.

 

https://platform.twitter.com/widgets.js

Cette violente répression n’a pas stoppé la volonté de l’alliance de l’opposition qui a appelé via sa page Twitter le peuple hondurien à réagir face à cette élection. Le hashtag #FueraJOH est le symbole de la mobilisation hondurienne, sur laquelle le gouvernement ne s’est pas exprimé. Pour le moment, Juan Orlando Hernandez, qui a pleuré la perte de sa soeur dans un accident d’hélicoptère ce dimanche, n’a pas réagi publiquement à l’annonce de sa réélection.

Benjamin Teil

Photo d’ouverture : Le chef de l’Etat sortant, Juan Orlando Hernandez, a été déclaré vainqueur de l’élection présidentielle controversée du 26 novembre au Honduras.

Écrit par IEJ3B