Hollande et Valls face aux manifestants contre la Loi du travail

Des organisations d’étudiants, des lycéens ainsi que certains syndicats de salariés dont la CGT et FO se mobilisent ce mercredi 9 mars dans les rues contre le projet de Loi de la ministre du travail. Le président François Hollande et Manuel Valls tentent de trouver une solution qui pourrait calmer la révolte de la gauche. L’avant-projet de loi est jugé beaucoup plus favorable aux employeurs qu’aux salariés. 

L’exécutif appelle au « dialogue ». Le chef de l’Etat a rappelé « le processus que nous avons lancé depuis plusieurs années de concertations, de dialogue avec les partenaires sociaux mais aussi de réformes qui étaient nécessaires ». Depuis son voyage officiel à Venise mardi, il a répété vouloir « éviter les ruptures ». Les jeunes étant la priorité de son quinquennat, il tente de rassurer les manifestants contre la réforme de la Loi du travail. « Je pense qu’il faut laisser le temps de la concertation, le temps de la discussion, et que le temps de la décision viendra », a renchéri le Président.

Manuel Valls quant à lui, achève ses concertations avec les partenaires sociaux autour du projet de loi du droit du travail. Les syndicats et le Parti Socialiste souhaitent une amélioration, tandis que le patronat ne veut pas dénaturer le texte. Le premier ministre a reçu hier soir Pierre Gattaz, le patron du Medef, Carole Couvert (CFE-CGC) en présence de la ministre du travail Myriam El Khomri ainsi que du ministre de l’économie Emmanuel Macron. Manuel Valls s’est rendu par la suite à un séminaire spécial des députés socialistes : la plupart ont menacé de ne pas voter le projet de loi en l’état en réclament « des améliorations ».  « Des paramètres peuvent évoluer d’ici lundi et dans le débat », a annoncé Manuel Valls sans donner plus de détails.

A lire aussi : EN DIRECT. Loi Travail, Transports : Une quinzaine de lycées sont déjà bloqués…

Après avoir rassemblé plus d’un million de signatures dans une pétition en ligne, les opposants au projet de loi sont prêts à manifester dans les rues ce mercredi après-midi. Une date bien choisie : c’était le jour où le texte devait être présenté au conseil des ministres. Il y a dix jours l’exécutif s’est résolu à décaler l’événement face à la révolte suscitée par l’avant-projet transmis au Conseil d’Etat. Jusqu’à présent l’affrontement s’est déroulé virtuellement, avec le hashtag « #OnVautMieuxQueCa », qui a rencontré un franc succès.

Estelle Priam

Écrit par Estelle Priam